Les Pilleurs de l'Ombre
Bienvenue sur le forum des Pilleurs de l'Ombre !

Les Pilleurs de l'ombre est une confrérie présente sur le Seigneur des anneaux Online, sur le Serveur Sirannon.

Envie de rejoindre notre confrérie ? Venez vous vous inscrire dans DEMANDE DE RECRUTEMENT.

Inscrivez vous avec votre nom de personnage principal.


Chaque être a sa destinée propre. Le seul impératif est de la suivre et de l'accepter, où qu'elle mène.

Même parmi les Ombres.

(adoptez adblock plus pour ne plus être géné par la pub )


 

Partagez | 
 

 Les bruissebois (Chenerel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Bouc emissaire
Messages : 15
MessageSujet: Les bruissebois (Chenerel)   Ven 23 Aoû - 3:34

Biographie de la Famille Bruissebois de Bépine et de Chenerel


Chenerel Bruissebois est une jeune Hobbit née en Comté et plus précisément à Castelbois. Son histoire, ou plutôt l’histoire de sa famille ainsi que son choix de vie et son comportement choquerait plus d’un Hobbit, pratiquement tous en fait.

Car pour tout Hobbit qui ce respecte rien n’a plus de valeur qu’une vie bien rangée,  avoir un trou chaleureux où fonder une famille, avoir à portée de main de la bonne nourriture, posséder un beau jardin et surtout avoir une vie calme, paisible sans imprévu ou aventure que ce soi.

Mais revenons-en à Chenerel, qu’est-ce qui pouvais bien choquer ainsi les autres Hobbits?

Avant tout le fait que Chenerel naquit hors-mariage.

Son père Torro Bophin de Castelbois vécu une vie simple et monotone de sa naissance jusqu’à sa rencontre avec sa futur bien-aimée pour qui il mit la Comté sans dessus dessous rien que pour lui plaire, et au diable les bonnes manières et la réputation.

Ce qui nous intéresse est l’histoire de Bépine Bruissebois originaire de Maur Tulhau en Enedwaith, futur mère de Chenerel.

 Tout comme Bilbon enfant, Bépine depuis son plus jeune âge rêvait d’aventure, d’elfes, de nains et de dragon. Ses parents ce doutant que leur fille adorée partirai réaliser son rêve à la première occasion et que rien ne saurait l’en empêcher connaissant sa fougue, prirent l’initiative de la former aux mieux à l’art de la pêche, de la chasse, de la nage (car les Forts sont les seuls à ne pas avoir peur de l’eau et à savoir nager) ainsi qu’à perfectionner le don naturel des Hobbits, la discrétion.

Et comme prévu, atteint l’âge de la majorité, Bépine n’attendit pas le second jour des ses 33ans pour prendre le large et vivre son rêve d’enfant. Non sans avoir fait des adieux émouvant à ses parents qui lui offrirent en souvenir un porte bonheur, une pierre angulaire montée en pendentif ayant la particularité d’absorber les rayons de soleil afin de briller tel une torche.

Et la chance l’accompagna bel et bien durant la première année de son voyage. A peine eut elle quitter Tristevallon que Bépine se retrouva nez à nez avec une compagnie de Rôdeur qui accepta avec joie de l’escorter jusqu’à leur destination, Mirobel en Eregion.  Durant le voyage leurs chemin fut barré à quelques reprise par des Ouargues ou Semi-orque mais ceux-ci ne firent pas long feu sous les flèches et lames des Dunedains. Les Hommes lui apprirent comment fabriquer divers baumes de soins avec les plantes et minéraux trouvé en pleine nature.

A Mirobel, ce fut un détachement d’elfes s’en retournant à Imladris qu’elle pu accompagner. Le voyage ce fit s’en obstacle, sans doute grâce au pas silencieux des elfes et d’elle-même.

A Fondcombe, les Elfes l’invitèrent à rester et tentèrent même de la faire changer d’avis sur son entreprise de voyage car les dangers qu’elle pourrait rencontrer pourrait lui être fatal, surtout qu’elle voyageait seule et était si jeune personne. Mais tout comme ses parents, les elfes ne purent rien tirer d’elle. Alors ils lui proposèrent de rester une année afin qu’ils puissent lui apprendre les rudiments du combat afin de pouvoir ce défendre en cas de besoin. Bépine jeta son dévolu sur une paire de dague. Elle ce débrouillait déjà très bien au maniement de l’arc.

Quand le jour de son départ arriva, elle parti à dos de poney offert par les elfes non sans ce retourner une dernière fois pour admirer la magnifique Vallée des Elfes du haut des collines. Sont objectif premier visité la Comté où selon les elfes vivait également des Hobbits. C’est donc le chemin de la Trouée des Trolls en direction des Terres Solitaire qu’elle décida d’emprunter. Du mouvement du côté du premier pont menant à la Dernière Maison simple attira son attention. Elle y aperçut une bande de nains accompagnés d’un homme au chapeau pointu et étonnement d’un Hobbit si sa vision ne lui jouait pas de tour.

Cela la fit bien rire, car il semblerait qu’au final elle n’était pas la seule de sa race à vouloir briser les règles de vie des Hobbits en partant à l’aventure. Ça lui donna encore plus de courage et un espoir certain de peut être rencontré d’autre Hobbits qui partagerai ses centres d’intérêt et ses rêves.

Les jours dans la Trouée furent assez tranquille mais les nuits le furent moins à cause de trolls venant sans cesse croiser son chemin, bien sur elle les voyait, cachée derrière un rocher, sous un buisson ou en haut d’un arbre mais eux trop bête et trop lent d’esprit ne la remarquèrent jamais. Peu avant d’arriver à la frontière des Terres Solitaire elle campa amusement entre 3 trolls pétrifié. Décidément cette Trouée portait bien son nom.

Durant sa traversée des Terres Solitaire, Elle eu la première grande peur de sa vie quant une nuit des être en état de décomposition apparurent de sous la terre autour de son campement et tentèrent de l’attraper pour elle s’en doutait bien la mener avec eux au royaume des morts. Les armes n’ures aucun effet sur eux et elle pensa sa fin arrivée quand ils lui mirent la main dessus. Alors qu’elle hurlait d’horreur pétrifiée de peur, l’un des morts-vivant arracha le col de sa chemise libérant la pierre angulaire de sa prison de tissu. La lumière qui s’en dégagea alors fut si puissante qu’elle réduisit ses assaillants à l’état de poussière. Essoufflée, elle ne perdit pas de temps, détachant de l’arbre mort les reines de son poney, Bépine le chevaucha et galopa jusqu’à une vieille mais accueillante auberge. Merci maman, merci papa se répéta t’elle un nombre infinie de fois.

Là elle y rencontra un nain du nom de Kril des Monts de Fer à qui elle raconta sa mésaventure. Ils parlèrent jusqu’au couché du soleil autour d’un bon repas et ce retrouvèrent au matin pour petit-déjeuner ensemble. Kril lui proposa de faire route ensemble jusqu’à Bree et Bépine accepta le cœur plein de joie.

Arrivé à l’auberge de la ville de Bree, Kril et Bépine ce séparèrent tristement car le nain devait rejoindre avait déjà prit du retard dans son affaire et que faire attendre encore plus sa compagnie ne les mettrait pas de bon humeur pour la suite de son voyage. Kril qui c’était prit d’affection pour cette petite Hobbit lui offrit un bracelet fait de sa main forgé dans de l’or finement travailler et serti d’un rubis, d’une émeraude, d’un saphir et d’un diamant. Galamment il lui baisa la main puis s’en alla avec la promesse de ce revoir un jour.

Bépine resta quelques jours à l’auberge le temps de ce requinquée elle ainsi que son poney.

Et enfin après un nouveau voyage sans embuche, elle atteignit les abords de la Comté. Vert, ensoleillé et plein de vie et de Hobbit surtout, Bépine en fut agréablement surprise. La Comté était une région immense et luxuriante à côté de Maur Tulhau. Son village à elle était petit, entouré de bois triste et dangereux, d’où son nom Tristebois. Et le nombre de Hobbit que l’on pouvait y rencontré dépassait difficilement les 40.

Bien qu’à son souvenir, des familles qui vivaient autrefois parmi les Forts avaient trouvé refuge en Comté il y a de cela plus d’un âge tout comme les Pâles. Malheureusement elle avait oublié les noms. L’histoire n’était pas son fort… Elle ce savait juste que les familles Touque et Brandebouc qu’elle avait rencontré dans l’auberge du perchoir doré avaient du sang pâle mais sans plus.

Actuellement à Stock, elle choisi de suivre le chemin menant à Castelbois. Et ce fut en cour de route qu’elle rencontra celui qui allait devenir son amour et le père de son futur enfant. Torro Bophin, c’est sous ce nom qu’il ce présenta à elle en lui faisant la révérence tout en rougissant grandement peu après qu’elle l’ait sauvé d’une noyade dans la rivière longeant le petit chemin de terre. Le pauvre y était tombé en essayant d’y récupérer sa canne à pêche. Bépine le trouva de suite maladroit mais aussi adorable avec ses vêtements trempé, ses yeux de saphir qui se baissait de gêne… dommage il était beau a regarder, et son petit sourire timide. Ce présentant également « Bépine Bruissebois de Maur Tulhau » elle lui proposa de prendre le second petit déjeuné en sa compagnie le temps que le soleil ne sèche leurs vêtements.

Alors qu’ils discutaient gaiement Torro ne pu s’empêché de penser qu’il était tombé sur une Hobbit pas comme les autres. Plus elle lui contait ses aventures depuis son départ de chez elle plus il la trouva fascinante. Certes ce genre de chose serait choquant pour un bon nombre de Hobbit mais Torro qui avait vécu une vie morne et déprimante à ses yeux trouvait Bépine extraordinaire.

A cet instant et durant les prochains mois qui suivirent, Torro fit la courre à Bépine. Poème, bouquet de fleurs, ballade au clair de lune, il y mit tout son cœur. Allant même au final par faire des choses aventureuses comme dirait ses cousins et voisin. Lors de leurs promenades quotidiennes il grimpait sur les plus hauts arbres ou escaladait des falaises rien que pour offrir à Bépine fruit ou fleur. S’écorchant souvent les genoux ou coudes à la plus grande inquiétude de la jeune Hobbit qui commençait à réellement partager les forts sentiments de Torro à son égard.

Toute une année passa et l’amour qu’ils partageaient l’un pour l’autre était plus qu’évident. Torro fit sa première demande, celle des fiançailles et Bépine accepta plus heureuse que jamais. Ils fêtèrent cet événement en Privé. Gouttant chacun à l’autre pour la première fois.

8 mois plus tard un heureux événement survint, la naissance de Chenerel, leur fille à peine née et déjà devenue la prunelle de leurs yeux. Bien que née à l’avance la petite fille était en parfaite santé pour le plus grand bonheur de ses parents. De plus leurs mariage était enfin annoncé et ce déroulerai 2 semaines plus tard. La petite coquine avait bien chamboulé leur plan à naître plus tôt mais ce n’était au fond pas important. Bépine mis la chaîne où pendait la pierre angulaire au cou de son adorable bébé.

Torro et Bépine avait décidé d’attendre que la petite sois assez grande pour qu’en famille ils voyagent en quête d’aventure.

Restait à présent 4 jours avant le mariage mais malheureusement tout bascula:

Torro parti un matin pour poster une lettre écrite par sa bien-aimée pour ses parents et futur beau parents à lui les Bruissebois. Le temps n’était certes pas très clément mais il avait connu pire. Il arriva s’en encombre à Stock, posa la lettre à un coursier humain de grande renommée qui passait justement ce jour là, son cousin Rollo ne s’était pas trompé. Puis prit le chemin du retour.

Le temps ce gâta encore, en plus de la drache, le vent ce mit à soufflé tel que les arbres était a la limite de ce déraciné et notre pauvre Torro de s’envolé. Faire un pas en avant était du domaine du miracle selon lui. Déjà plus proche de Castelbois que de Stock qu’il avait quitté. Il dut ce résoudre à trouvé un abri le temps que la tempête ce calme un peu. Reconnaissant les lieux car son coin habituel de pêche depuis des années, il rampa sous les bourrasques et atteignit le gros rocher d’où il pêchait normalement et s’y abrita. A présent protégé des rafales.

Du côté de Bépine :

Cela faisait des heures que Torro était parti et elle commençait vraiment à s’inquiéter. La tempête s’intensifiait et Chenerel pleurait un peu plus à chaque coup de tonnerre. Elle berça amoureusement sa fille pour la rassuré et pour ce rassurer un peu aussi. Le temps continua de s’écouler sans changement ! Bépine n’en pouvant plus de rester les bras croisé, posa Chenerel dans son berceau, la petite enfin endormie. Elle prévint les parents de Torro qu’elle sortait à sa rencontre pour qu’ils veillent sur Chenerel  durant son absence. Partie en trombe, les Bophin ne purent l’en empêcher.

Le vent de dos la poussait vers l’avant la faisant courir plus vite que jamais, sortie du quartier de Castelbois elle ralenti l’allure non désireuse de glisser dans l’une des pentes escarpée à droite du chemin. Entre chaque coup de tonnerre elle cria le nom de son amour… TORRO….TORROOO…

Presque à mis chemin vers Stock, elle entraperçut un bout de manteau dépassant de derrière un gros rocher. Elle souffla de soulagement et s’avança vers celui-ci. « – Ouf, Torro tu m’as fais peur tu sais mon amour je… » Elle ne poursuivi pas car, arrivé derrière le rocher, elle ne trouva qu’un bout de manteau arraché et nul trace de Torro.

Paniquée elle hurla son nom encore en encore, regardant à gauche et à droite. Puis moins d’une minute plus tard elle entendit un léger son venant du bas de la pente. Se penchant prudemment, elle y vit à son aimé tentant de rester agripper à un rocher glissant à mis chemin entre le haut de la pente et la rivière tumultueuse. Son bras n’étant pas assez long, elle retira son manteau et l’accrocha à une grosse racine qui sortait du sol puis descendit au mieux la petite falaise. Arrivée en bas du tissu, elle tendit sa main à son fiancé qui par miracle réussi à l’attraper. Née des Forts, sa force était légèrement plus grande que la moyenne alors sans trop de difficulté elle réussi à le soulever d’un bras jusqu’à qu’il puisse atteindre aussi le manteau au dessus d’elle, vu qu’elle ce tenait au déjà au bout de celui-ci.

Torro qui se retrouva sur la terre ferme ce retourna pour aidé sa Bépine adorée mais à sa grande horreur, les quelques secondes qu’il avait mit pour ce retourner, le manteau avait cédé et Bépine était hors de vue. Nul doute qu’elle était tombée dans la rivière mais Torro ne savait toujours pas nagé malgré les cours que Bépine lui avait donné et lit de la rivière était haut et le courant si fort à cause de la tempête que de toute façon il n’aurait rien pu faire. Et même s’il n’y pouvait rien il se haïssait pour cela. Il resta là, penché à guetter le moindre signe de Bépine. Il refusait de perdre espoir.

Malheureusement son espoir s’éteignit le lendemain quand rentrant chez lui le cœur plus lourd qu’une pierre il apprit par un frontalier que le corps sans vie de sa Bien aimée Bépine avait été retrouvée sur la rive non loin du Pont de Brandevin. Le frontalier lui remit le bracelet d’or serti de joyaux puis parti pour délivrer une lettre aux parents de Bépine pour leur annoncer la tragique nouvelle.

Torro Bophin prit alors la décision d’élevé seul sa fille, le plus beau trésor que lui laissa son aimée. Il remercia pour la première fois de sa vie les Valars de lui avoir accordé la naissance de sa fille avant la tragédie. Contrairement, il les aurait perdue toute les deux. Car même enceinte, Bépine aurait de toute façon risquée sa vie pour lui.

Chenerel fut donc élevée par son père et fut donc éduquée tout comme sa mère l’aurait souhaité. Libre de tout jugement, que ses rêves elle pouvait les réalisé si elle y croyait de tout son cœur. Elle fut bercée dans les contes des aventures de sa mère. Des histoires d’elfe, de nain, de bête mythique et de lieux magiques. A l’âge de 23ans, toujours enfant, son père lui offrit pour son anniversaire le bracelet de Kril lui promettant que dans 10ans, à l’âge de sa majorité il la laisserait réalisé ses rêves quoi qu’il puisse être.

Le temps s’écoulant, à force d’admirer le bracelet de Kril et la pierre angulaire à son cou, Chenerel s’éprit d’amour pour les joyaux, non pas pour leur valeur mais pour leur beauté. Après tout rien n’avait plus de valeur à ses yeux que son père et le souvenir vague qu’il lui restait de sa mère.

Pour ses 33ans son père lui offrit une paire de dague forgée par lui et la tenue d’aventure de sa mère. Qui bien qu’en mauvais état et cent fois raccommodé lui plu énormément. Heureuse, après avoir soufflé des bougies, elle dit à son père qu’elle partira elle aussi à l’aventure pour elle oui mais surtout « pour maman. » « -Je veux poursuivre son voyage et revenir un jour pour te les raconter. »

Fiers de sa fille, Torro l’enlaça tendrement et une semaine après, sac de voyage prêt, chapeau de paille sur la tête, tenue de voyage mise et cœur gonflé d’espoir et de rêve ce fut à son tour, Elle Chenerel Bruissebois fille de Bépine Bruissebois de passer la porte pour affronter le monde.




(J'espère que cela vous à plu, je ne me suis pas connecté jeudi soir pour l'écrire j'ai débuté à 22h15 et il est actuellement 03h30. J'ai débuté sans idée et c'est venu petit à petit! Le voyage de Chenerel débute à peine alors j'attendrai d'avoir évolué dans le jeu pour écrire quelque chose. Pour l'inspiration des lieux vu que je ne m'y connais pas, j'ai regardé les cartes de lotro.fr et me suis informé sur divers site parlant de Hobbit ainsi que dans les 2 iniques livres que je possède.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bouc emissaire
Messages : 15
MessageSujet: Re: Les bruissebois (Chenerel)   Ven 23 Aoû - 3:37

Et voici Chenerel dans la vieille tenue de voyage de sa mère.











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Terreur des ténèbres
Messages : 2292
MessageSujet: bio   Ven 23 Aoû - 10:06

C'est très bien conté, j'ai beaucoup aimé les recherches que tu as faites, ça payes toujours, les cartes de lotro sont super bien pour les lieux, parce que dans les livres à Tolkien il y a pleins de noms et ce n'est pas facile à imager.
C'est triste pour sa mère, je m'y attendais pas Neutral C'est une très bonne bio, avec un jolie travail derrière, nul doute que les neurones ont du booster, comme moi avec la bio de Lyrhil hahaha !

A quand une suite ?Very Happy 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bouc emissaire
Messages : 15
MessageSujet: Re: Les bruissebois (Chenerel)   Ven 23 Aoû - 11:23

Merci c'est gentil! Je vais attendre que Chenerel vive quelque périples avant d'écrire pour laisser venir l'inspiration. J'ai a peine fini toute la Comté et débute l'épique de Bree.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Démon/Démone de l'Obscurité
Messages : 2570
MessageSujet: Re: Les bruissebois (Chenerel)   Ven 23 Aoû - 11:27

Belle bio, en plus deux perso ! Ca se voit que tu as mis beaucoup de temps pour l'écrire, ça donne un bon résultat. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire (sauf quand Bépine meurt Crying or Very sad , la pauvre)

Bravo cheers  !

_________________


"Tuer avant d'être tué"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exploiteur/trice de richesse
Messages : 257
MessageSujet: Re: Les bruissebois (Chenerel)   Ven 23 Aoû - 11:49

Franchement, je te dis chapeau! C'est vraiment bien ce que tu as écrit ! 
Je te souhaite bonne chance pour la suite Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Grande prêtresse de l'Ombre
Messages : 548
MessageSujet: Re: Les bruissebois (Chenerel)   Ven 23 Aoû - 12:14

Très belle Histoire. Je te félicite, tu t'es très bien documenté. Moi aussi j'attend une suite avec impatience. Very Happy

_________________
Chacun de mes jours ce déroule à présent,
sur un chemin rouge de sang.
La partie est lancée,
alors si tu tiens à la vie,
prend garde à toi ou tu seras victime de ma philosophie!


Alias: Bellalice Thompson Mds lvl 105  
                Jeune Laura Capitaine lvl 105
                 Habachira LeSadique Chasseur lvl 91
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les bruissebois (Chenerel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les bruissebois (Chenerel)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Pilleurs de l'Ombre :: 
Role - Play et artistes
 :: BACKGROUND DES PERSONNAGES
-
Sauter vers: