Les Pilleurs de l'Ombre
Bienvenue sur le forum des Pilleurs de l'Ombre !

Les Pilleurs de l'ombre est une confrérie présente sur le Seigneur des anneaux Online, sur le Serveur Sirannon.

Envie de rejoindre notre confrérie ? Venez vous vous inscrire dans DEMANDE DE RECRUTEMENT.

Inscrivez vous avec votre nom de personnage principal.


Chaque être a sa destinée propre. Le seul impératif est de la suivre et de l'accepter, où qu'elle mène.

Même parmi les Ombres.

(adoptez adblock plus pour ne plus être géné par la pub )


 

Partagez | 
 

 Les Enfants de Fornost (ou l'Ombre verte, le Maître chanteur et la Chevalière errante)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
cambrioleur/euse débutant/e
Messages : 157
MessageSujet: Les Enfants de Fornost (ou l'Ombre verte, le Maître chanteur et la Chevalière errante)   Dim 28 Déc - 1:16

PRÉFACE :

Cette histoire a pour but de retracer la légende de trois membres des Pilleurs de l'Ombre : Welarmis et Riddor Sombrelame et Ithrilandia. Comme vous l'avez sans doute déjà lu (sinon je vous invite à le faire), Riddor et Ithrilandia ont un passé assez obscur, marqué par une enfance orpheline et étrange. Ce sont deux guerriers aux nombreux points communs, vivant à des lieues l'un de l'autre mais qui se retrouvent au sein des Pilleurs pour lutter contre l'Ennemi. Ce combat va dévoiler les liens qui unissent ces deux aventuriers et le rapport de Welarmis à cette histoire.




Ithrilandia et Erganir arrivèrent sans trop de difficulté à trouver le refuge des Pilleurs, il suffisait d'écouter les conversations naines. Tout le monde murmurait mais personne n'osait affirmer, de peur de représailles. La maison dominait le quartier, dans les plus hautes rues, elle semblait immense mais inhabitée. En approchant du portail, la chevalière se sentait intimidée par la maison, ce repaire abritait sûrement de grands guerriers, des héros de légende, comme toute les confréries dont elle avait entendu parler. Erganir avait l'air encore plus soucieux, il se demandait dans quels draps allait-il encore atterrir. Ithrilandia voulut signaler sa présence, pour que quelqu'un daigne lui ouvrir le portail, qu'elle puisse se présenter. Elle appela pendant de longues minutes, cogna à la porte métallique mais aucune réponse ne se faisait entendre, découragée, la jeune femme voulut rebrousser chemin quand une petite créature surgit derrière elle, une dague à la main, qu'elle balançait d'une main à l'autre de façon experte. Elle dissimulait son visage derrière une capuche et menaça la capitaine, d'une voix moqueuse et nasillarde :

"Le mot de passe ma donzelle ! Ou je t'ouvre en deux, je t'étouffe dans tes tripes et je pique ton or, tout ton or !

- Mais je...je...on ne m'a pas donné de mot de passe. Je viens de la part de Riddor !

- Riddor ? Connais pas de Riddor moi ! Le mot de passe et vite !

- Heu...ami ?

- On est pas copain !

- Mhm...les chiens aboient, la caravane passe !

- Hein ? N'importe quoi ! M'en vais te passer au fil de ma dague !

- Non ! Je...je ne sais pas !

- Ha ben voilà ! Il suffisait de se souvenir, pas compliqué quand même !

- Attendez, le mot de passe c'est "je ne sais pas" ?

- Hé ouais ! Pas bête hein ? Fallait y penser, et c'était mon idée !

- Alors je peux entrer ?

- Non, pour passer ce portail, c'est cinq pièces d'or !

- Cinq piè...pardon ?

- Y a pas de p'tit profit ma bonne dame !

- Alcala !"

Une dame hobbitte venait de franchir le seuil de la maison, elle fixait la vilaine créature d'un regard sévère. Ithrilandia la reconnut grâce à ses beaux vêtements et à sa cloche à vache pendue à sa ceinture, c'était sa bienfaitrice de l'autre soir, qui l'avait sauvé avec Riddor et l'elfe du Plateau Noir, elle se demandait ce qu'elle pouvait avoir en commun avec le gobelin déguisé qui venait de l'agresser :

"Alcala ma petite fille, je t'ai dit cent fois de ne pas t'en prendre aux visiteurs ! Laisse cette jeune femme tranquille ou je te prive de dessert !

- Mais c'est elle qui a commencé ! Elle voulait me taper avec sa grosse épée ! Bouhou !

- Excusez cette enfant mademoiselle, ce n'est pas son comportement habituel, elle est trop restée dans les Galgals ces derniers temps et les vapeurs toxiques ont fini par la troubler, cela finira par disparaître rassurez-vous.

- Je...très bien, je suis Ithrilandia et voici Erganir. Riddor m'a invité ici, pour rejoindre la confrérie des Pilleurs de l'Ombre.

- Mon nom est Prymula Dragonelle, mais tout le monde me nomme Prymm, c'est plus court. Vous voulez rejoindre les Pilleurs ? Vous êtes sérieuse ? De votre plein gré ?

- Oui, je veux me battre voyez-vous, et votre ami rôdeur m'a conseillé cette adresse. Vous êtes bien une confrérie non ? Vous luttez contre le mal c'est bien ça ?

- Oui...entre autre...

- Comment ça entre autre ?

- Vous avez l'air d'une fille de bonne famille, bien élevée, il y a de nombreuses compagnies qui recherchent des vierges guerrières comme vous, où les richesses abondent et les causes sont glorieuses vous savez ? Vous devriez peut-être aller les voir.

- Non ! Vous m'avez sauvé la vie et je vous en suis redevable, je veux offrir mon épée à votre cause et...excusez-moi, vous pourriez demander à votre fille d'arrêter de me tirer la langue et de me faire des pieds de nez s'il-vous-plaît ?

- Alcala ! Il suffit maintenant ! Rentre à l'intérieur et va prendre tes potions !

- Tralalalalèreeeeeeeuh ! On veut pas de toi donzelle ! Va jouer à la poupée ! Hé bourgeoise va !

- ALCALA !!!

- Bouhou !

- Mhm, je vais vous accompagner à l'intérieur, notre chef va vous recevoir, je vous demanderez de ne pas faire attention au désordre, nombreux sont nos membres revenus de mission aujourd'hui, ils fêtent leur victoire sur l'Ennemi. Cela nous aide à nous ressourcer.

- Bien sûr !"

La première chose qui frappa Ithrilandia en pénétrant dans l'antre des Pilleurs de l'Ombre, c'était la forte odeur d'alcool qui parfumait toute la maison. Elle était si forte que sa tête commença un peu à tourner. De grands foyers étaient allumés et rougeoyaient dans la vision de la jeune femme, elle entendait aussi de la musique d'auberge et de nombreuses conversations en langues différentes, l'ambiance avait l'air conviviale, elle voulut s'approcher des guerriers déjà attablés mais la capitaine trébucha sur une bouteille de vin elfique vide, il y en avait partout, aussi bien sur la grande table de bois massif qu'en dessous, et certaines avaient roulé jusque devant la porte d'entrée. Les fûts de bière humaine et naine étaient aussi présents en nombre, il y avait en fait assez d'alcool pour combler tout Bree pendant au moins une semaine mais là, il commençait déjà à manquer. Des plats composés uniquement de gibiers avaient été servis, ou plutôt étalés, tout le long de l'immense table, Ithrilandia remarqua cependant deux jeunes elfes qui se disputaient une feuille de salade verte, c'était un véritable banquet. Hommes et femmes, de toute race confondue, ingurgitaient boisson et viande d'une façon bien particulière, comme Ithrilandia avait déjà eu l'occasion d'observer, dans certains camps d'orques sauvages. Elle se placa avec Erganir sur une chaise éloignée de la table, un peu dans l'ombre, près d'un vieux ménestrel de rouge vêtu, coiffé d'un grand chapeau à panache. Il chantait une de ces vieilles chansons du premier Age, que l'on entendait parfois dans les citadelles elfiques, elle parlait de l'arrivée des elfes en Terre du Milieu et de la tristesse de ces marins, débarqués loin de chez eux. Le ménestrel eut à peu près ce langage :

C'est pas l'elfe qui prend la mer,
C'est la mer qui prend l'elfe !
Moi la mer elle m'a pris,
M'a conduit en ce lieu pourri...
Tin tin tin !

Ithrilandia reconnut Riddor, attablé dans un coin, qui discutait avec un autre rôdeur au visage mélancolique, elle n'entendait pas leur conversation mais put constater qu'ils n'en étaient pas à leur première chope de la soirée. Il y avait aussi deux nains qui magouillaient au fond de la pièce, un groupe de hobbits qui s'amusaient au jeu du couteau, elle aperçut aussi la méchante créature qui l'avait menacé tout à l'heure, allongée sous la table, elle piquait un gros rat malade avec la pointe de sa dague en riant. Ithrilandia n'osa pas se servir une chope et rejoindre la compagnie de ces Pilleurs, elle attendait l'air blasé que quelqu'un vienne s'occuper de son cas. C'est encore la dame hobbitte qui la conduisit aux appartement du chef de cette confrérie, une certaine Anamaria :

"Quand vous rencontrerez Anamaria, soyez polie et brève, ne lui racontez pas de bêtise, ne lui racontez surtout pas votre enfance, ne souriez pas et n'ayez pas l'air triste, parlez de vos compétences sans vous vanter et si vous ne voulez pas finir dans le Brandevin, ne parlez surtout pas de chat ! N'oubliez pas de la complimenter sur sa tenue aussi, c'est important !

- Pourquoi ?

- Mais parce que c'est moi qui lui ai trouvé enfin ! Restez ici, attendez qu'on vous appelle !"

Dans ce sombre couloir étrangement silencieux, la capitaine se demandait à quoi ressemblait le chef de cette mystérieuse confrérie, elle avait l'air terriblement puissante. Ithrilandia se rapprocha de la porte et tendit l'oreille, Anamaria semblait discuter avec un vieux nain, ils avaient l'air de parler affaire :

"Anamaria, j'ai été voir le vieux Nori, il refuse de payer. Il faut pourtant le persuader, on ne peut pas laisser une petite frappe comme lui nous rouler dans la farine !

- Mhm Gilserk, retourne voir Nori...fais lui une offre qu'il ne pourra pas refuser.

- Compris patronne !

Ithrilandia entendit alors le bruit d'un coffre ancien que l'on ouvre, suivi d'un fracas métallique, la porte s'ouvrit brutalement et le nain sortit avec dans les mains, du fil barbelé, des pinces à l'aspect sinistre et un ours en peluche tout décrépi. La guerrière frissonna en pensant au sort de ce malheureux Nori, en effet, elle n'avait jamais vu un ours en peluche aussi laid ! Le nain la dévisagea un instant et lui annonça :

- C'est à toi novice !

Ithrilandia entra donc et put enfin apercevoir la terrible Anamaria, vêtue d'une magnifique robe noire pour l'occasion. Elle semblait venir de l'Est lointain, avec sa peau très foncée, elle avait le visage des vétérans, c'est à dire quelque cicatrices et le regard dédaigneux envers son prochain, cette femme conservait cependant une certaine grâce de ses anciennes années plus joyeuses, ce  qui étonna une Ithrilandia toute intimidée :

- Bonsoir, je suis...

- Ithrilandia je sais. Vous êtes venue pour grossir nos rangs.

- C'est exact, je voudrais mettre mon épée à votre service et...

- Ouais ouais, lisez cette feuille en entier et signez en bas, si vous n'avez pas eu le bon sens d'apprendre les lettres, faites juste une croix.

- Alors je suis acceptée ? Vraiment ?

- Pour être honnête, on est en manque de recrue, le mois dernier j'avais envoyé quinze ambassadeurs en Lothlorien pour signer des alliances avec les elfes, ils n'ont pas survécu au voyage.

- Par les Valars c'est horrible ! Ils ont été massacré par les orques de Dol Guldur !

- Hein ? Ha non pas du tout, ils étaient bourrés et ont voulu faire un crawl dans le Celebrant avec des elfes, sauf qu'ils ne savaient pas nager.

- Quel terrible destin, vous deviez être effondrée de perdre ainsi tant de vos hommes.

- Vous plaisantez ? Ce n'était qu'une bande d'incapables ! J'espère que vous ne ternirez pas, vous non plus, l'image de notre confrérie. Nous avons des clients importants qui nous confient des quêtes importantes, aux revenus importants pour nous et nous voudrions que cela continue, c'est clair ?

- Très clair madame !

- C'est mademoiselle !

- Bien mademoiselle !

- Bien, je vois que nous nous comprenons, ne me faîtes pas regretter mon choix, et bienvenue chez les Pilleurs de l'Ombre !

- C'est très gentil à vous de m’accueillir.

- Non ! Je ne suis pas gentille ! Personne ici n'est gentil ! Prenez garde chère capitaine, chez les Pilleurs de l'Ombre il n'y a qu'une seule règle, ici on affronte son destin ! Si votre destin est de vous faire voler votre bourse par votre voisin de chambrée, vous ne viendrez pas pleurer ! Compris ?

- Compris.

- Maintenant débarrassez moi le plancher et joignez-vous aux autres, ne restez pas assise dans votre coin avec votre compagnon simplet là ! Faîtes-vous des amis, on ne tient pas longtemps chez les Pilleurs sans se faire des amis.

- Oui mademoiselle."

Quand Ithrilandia, toute chamboulée, retrouva la salle des banquets, la situation avait encore dégénéré. La plupart des personnes présentes pouvait à peine tenir debout, elle s'installa avec gène entre un nain endormi et un hobbit qui pleurait sans raison apparente, Erganir préféra prendre l'air dehors, il n'appréciait pas du tout cette compagnie mais la capitaine voulait souder quelque liens avec ses nouveaux frères d'armes, elle se servit donc dans le peu de bière qui restait et assista d'un œil mi étonné mi effrayé à la suite de la fête. Son regard alla d'abord du côté de Riddor qui n'avait pas bougé, il était toujours assis à côté de son semblable inconnu, ils chuchotaient discrètement en jetant parfois un regard furtif vers une magnifique demoiselle de vert vêtue, elle se tenait jambes croisées sur un tabouret, la figure altière, une chope bien remplie à la main. Ithrilandia imagina avec tristesse ce que deux rôdeurs complètement ivres pouvaient bien comploter contre une femme aussi ravissante. Elle vit ensuite Riddor balancer dix pièces d'argent sur la table et serrer fermement la main de son compère. Ce dernier se leva difficilement, l'alcool du Lindon l'avait vraiment mis dans un état lamentable, il avait la figure rouge, un sourire bête aux lèvres et tout son corps tremblait. Il tituba avec mal jusqu'à la jolie femme et bégaya :

"Hé Lym, Riddor et moi on a parié dix pièces que tu portais des dessous en mithril, alors tu vois j'me d'mandais..

Ithrilandia vit la femme se lever d'un bond et exploser sa chope dans la figure du vilain rôdeur, celui-ci s'effondra et traîna misérablement sa carcasse jusqu'à son siège, il sortit quelque pièces et les tendit à Riddor puis grogna dans sa barbe :

- Pff j'lui ai rien fait moi, de tout'façon les femmes toutes les mêmes hein mon vieux ? Toi...toi t'es un vrai copain Riddor, un vrai de vrai ! Hips !

- C'est sûr Yann, tiens, je t'ai servi une autre bière, avale, ça te fera du bien.

- Merci, tu sais, j'ai pas eu une enfance facile, mes parents sont morts, tout ça tout ça et...

- C'est ça, bois ta bière.

- Gloup, ça va mieux mon ami, mais elle avait un p'tit goût bizarre cette bière...

- Ho, ça doit être à cause de la poudre gobeline que j'ai glissé dedans, tu sais ? Celle qui donne -2 en vitalité et une diarrhée éclair ?"

De sa position, Ithrilandia aperçut le rôdeur blêmir et se précipiter vers la sortie, elle ne le croisa plus de la soirée. Riddor lui, riait à gorge déployée en tapant du poing sur la table, pendant qu'un hobbit encapuchonné tentait de lui dérober sa bourse bien garnie. Le ménestrel écarlate de tout à l'heure monta soudain sur la table, il avait, comme toute l'assemblée, consommé beaucoup trop d'alcool pour un seul homme. Luth à la main, il se mit à jouer quelque notes disgracieuses, faillit glisser deux fois puis demanda le silence de façon fort peu honorable, il clama à l'assemblée :

"Les p'tits gars ! M'vais vous jouer un air d'chez nous ! Une histoire des Pilleurs ou l'aventure est au rendez-vous !

- OOOOOOUUUUUUUUAAAAAAIIIIIISS !!!! AMENEZ LES TAMBOURS HEY !!!!

La capitaine allait enfin entendre une des prouesses accomplies par les Pilleurs de l'Ombre, hélas, le silence accordé au barde ne dura pas longtemps, chacun reprit rapidement ses petites affaires mais Ithrilandia capta quelque morceaux de la saga, récitée d'une voix profonde par ce ménestrel apparemment appelé Welarmis, Prymula l'accompagnait avec une jolie flûte alors que le petit monstre du portail tapait frénétiquement sur un tambourin, il essayait plus de le casser que de jouer la mélodie. Voici les paroles de la chanson, malheureusement mêlées au brouhaha général :

[
i]Dans les montagnes glauques et mal famées,
Nous partîmes pour l'or, de toute pièce inventé !
Nous étions douze, gredins et maraudeurs
Plein d'espoir, on voulait faire un malheur ![/i]

- Hé mais c'est une Vorpale que tu as là ?

- Yep ! Du premier âge reforgé, joli pas vrai ?

- La classe ! Tu me la prêtes pour une escarmouche ?

- Va voir ailleurs si j'y suis.

[
i]Le nain stupide glissa sur la roche traîtresse
Et s'ouvrit le bide, quelle ridicule détresse !
Mais du trésor perdu, nous nous approchions,
Nous le laissâmes saigner comme un cochon ![/i]

- Bon, c'est trois nains qui vont à la mine, le troisième prend la pelle, le deuxième prend la pioche, le premier prend quoi ?

- L'or ?

- Mais non ! C'est trois nains qui vont à la mine...

- Elle est pas drôle ta blague !

Et Arenna tua le gobelin faux roi
Et sur ses gardes, vida son carquoi !
Dans l'Eriador, on chanta ses prouesses
Et sa bravoure, sa jolie paire de ...

- Hé toi le hobbit, Dibbo, rends-moi ma bourse !

- Non !

- Non ? Tu vas tâter de mon poing si..."

C'est dans cette atmosphère plus que joyeuse que Ithrilandia sentit ses paupières s'alourdir de plus en plus. La journée avait été longue mais fructueuse en rencontres et événements, elle était une Pilleuse maintenant, fière de faire partie de cette confrérie très originale, elle tardait de partir à l'aventure avec ses nouveaux compagnons, persuadée qu'elle finirait par tous les connaître et les apprécier. C'est ainsi que la jeune guerrière s'endormit sur son tabouret, rêvant de victoire et de combats épiques.

Ithrilandia ouvrit brutalement les yeux, la matinée était déjà bien entamée et la pièce avait été en partie nettoyée, il ne restait qu'une moitié de sanglier, trois biches, une queue de dragon, un faux-filet de mammouth aux fraises et treize kilos de salade de nogbrog, parfait pour déjeuner léger. Elle remarqua aussi les deux magiciens qui tentait de calmer le monstre de hier, l'un deux cachait son visage derrière un masque de cochon ce qui effraya un peu Ithrilandia, elle n'avait jamais vu ça, l'autre maître du savoir semblait inquiet pour la vilaine créature, il la contemplait avec un œil attendri et faisait tout pour l'empêcher de bouger, elle grognait et se débattait. La jeune femme fut aussi très étonnée par l'archer qui accompagnait ces hommes, il avait la tête en bas, se tenant par les pieds à une poutre, il la contemplait les yeux grand ouverts. Ithrilandia signala sa présence en toussant poliment, les individus la dévisagèrent et le monstre lui tira encore la langue :

"Pardon, qui êtes-vous ? Où sont les autres ?

- Bonjour mademoiselle, je suis Aegharneris, voici Déorolm et Oeildehibou...

- Houhou !

- Pourquoi se tient-il comme ça ?

- Hélas c'est une longue et triste histoire que je ne tiens pas à conter. Les autres sont partis pour une importante mission au Grand Galgal, vous pouvez encore les rattraper en vous dépêchant. Nous allons rester ici pour soigner cette pauvre Alcala, elle a déjà tant souffert !

- Allez tous crever ! Lâchez-moi, je vais tout casser ! Gnark !

- Quoi ? Ils sont partis accomplir une quête ? Quelle idiote je ne me suis pas réveillée ! Vite ! Mon épée mon cheval ! Où est mon cheval ? Mon royaume pour un cheval ! Et Erganir où est-il ? Erganir vite il nous faut partir ! Où est-tu ?

Ithrilandia partit à toute allure en claquant la porte, à la poursuite de sa confrérie, sans écuyer ni cheval, mais prête tout-de-même à marquer de son empreinte la Terre du Milieu. Aegharneris et Déorolm assistèrent sans trop comprendre à ce départ précipité, le premier dit au second :

- Hé, nous aurions peut-être dû la prévenir pour le dessin obscène qu'ils ont dessiné sur son visage pendant qu'elle dormait.

- Cela est fort juste compagnon.

-Rah la gourdasse ! Gnark !"

...à suivre...


Dernière édition par Riddor le Mer 18 Fév - 17:27, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
cambrioleur/euse débutant/e
Messages : 157
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost (ou l'Ombre verte, le Maître chanteur et la Chevalière errante)   Dim 28 Déc - 1:33

Enfin ! La première partie est publiée ! Je suis pressé de voir vos commentaires Laughing

...ne me bannissez pas...pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost (ou l'Ombre verte, le Maître chanteur et la Chevalière errante)   Lun 23 Fév - 0:29

Comme à chaque fois je suis fan de tant d'imagination. Tu écris super bien.

Les détails que tu utilises sont supers, comme les sous-vêtements en mithril de Lym  lol!
Sympa également le clin d'oeil du "Parrain", " Mhm Gilserk, retourne voir Nori...fais lui une offre qu'il ne pourra pas refuser." Very Happy

Mais pourquoi tu nous fait passer pour des alcooliques ?  drunken

J'aime bien le rôle que tu m'attribues, continues comme ça !!!
Par contre traiter ma petite Alcalounette de monstre c'est pas cool !!! J'espère que dans la suite, tu en feras une héroïne de compet. Sinon je serais obliger de t'infliger les pires tourments qu'il puisse exister.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
chercheur/chercheuse de trésors
Messages : 491
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost (ou l'Ombre verte, le Maître chanteur et la Chevalière errante)   Lun 23 Fév - 0:44

Que dire…

Bah je viens de tout te dire en fait Razz
J'ai été un peu vexé en lisant le début, comprenant mal la tournure que tu voulais prendre avec Alcala, mais, plus j'avançais dans la lecture moins je ne pouvais m'empêcher de rire ! Very Happy
Et je ne peut que reconnaître que j'ai eu un fou-rire en imaginant Alcala sous la table en train de piquer un rat avec des yeux déments qui roulent dans tous les sens, décoiffées et avec un rire de folle XD Twisted Evil

Et j'adoore la confrérie de dépravés que nous sommes et que tu as si bien réussi à mettre en valeur !  bounce

Du coup, je finirai par dire comme ma chère petite maman : j'aime bien le rôle que tu m'offres (malgré le "monstre"… ^^), continue dans cette voie Razz

Beau récit petit Riri ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Démon/Démone de l'Obscurité
Messages : 2573
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost (ou l'Ombre verte, le Maître chanteur et la Chevalière errante)   Mer 25 Fév - 18:09

On veut la suite ! On veut la suite !

C'est super original ta façon d'écrire ^^ Je veux dire... Que ce soit comique Very Happy

Attention ! Je déterre la hache de guerre par contre ! Tu l'auras voulu ! Une diarrhée éclair ! Grr !!

_________________


"Tuer avant d'être tué"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Terreur des ténèbres
Messages : 2296
MessageSujet: fiction   Mer 25 Fév - 22:02

Quoi des sous-vêtements en mitrhil ? What a Face  Avec ça je vous le dit on serait bien protégés hahaha ! en tout cas c'est sur que tu as le grain de plume ! Ton écriture est très fluide et j'aime beaucoup ce petit humour, ça met les choses en valeur, continues ainsi !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voleur/euse confirmé/ée
Messages : 340
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost (ou l'Ombre verte, le Maître chanteur et la Chevalière errante)   Jeu 26 Fév - 21:17

J'adore Smile !! Je vais de ce pas lire la suite !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Filou/Chipie
Messages : 43
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost (ou l'Ombre verte, le Maître chanteur et la Chevalière errante)   Sam 30 Mai - 23:44

Enfin je me lance ds la lecture de tes récits...et c est vraiment un régal. ..quelle imagination ds l humour et pour l immersion ds les scenes... je m attendais pas à ce que ca soit aussi bien (sans offense^^) ...bravo à toi riddor t as du talent mec, et merci pour ce bon moment...m en vais dévorer la suite de ces aventures! :p biz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les Enfants de Fornost (ou l'Ombre verte, le Maître chanteur et la Chevalière errante)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une Ombre verte se lève sur le Vieux Monde...
» carte de l'ombre et "n'importe qu'elle phase"
» LA CAROTTE VERTE
» Le pretre ombre.
» Spectre des ombre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Pilleurs de l'Ombre :: 
Role - Play et artistes
 :: FANFICTIONS
-
Sauter vers: