Les Pilleurs de l'Ombre
Bienvenue sur le forum des Pilleurs de l'Ombre !

Les Pilleurs de l'ombre est une confrérie présente sur le Seigneur des anneaux Online, sur le Serveur Sirannon.

Envie de rejoindre notre confrérie ? Venez vous vous inscrire dans DEMANDE DE RECRUTEMENT.

Inscrivez vous avec votre nom de personnage principal.


Chaque être a sa destinée propre. Le seul impératif est de la suivre et de l'accepter, où qu'elle mène.

Même parmi les Ombres.

(adoptez adblock plus pour ne plus être géné par la pub )


 

Partagez | 
 

 Les récits d'Alcala - partie 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
chercheur/chercheuse de trésors
Messages : 491
MessageSujet: Les récits d'Alcala - partie 5   Jeu 22 Jan - 14:24

Alcala fut emmenée par Lorminam dans un camp situé à l’ombre des montagnes, dans l’extrême Sud d’Angmar et elle put s’y reposer durant plusieurs jours. Ses forces revinrent petit à petit. L’elfe était le leader de cette troupe de mages et était celui qui avait décoché la première flèche, signal de lancement de l’assaut.

Malheureusement, le repos fut de courte durée car le campement des mages fut découvert par les forces d’Angmar et une horde d’orques montés sur des Wargs chargea au milieu de la nuit. Trois mages perdirent la vie dans cette attaque surprise tandis que cinq autres battirent en retraite. Seuls Lorminam et le dernier de ses compagnons résistèrent jusqu’au bout à l’assaut.

Alcala, sans savoir pourquoi, ne put s’empêcher de penser qu’elle était la cause de la découverte du repaire de Lorminam. Mais ses pensées furent interrompues par une petite troupe d’orques qui se dirigeait vers elle et s’empara d’elle. Alcala se défendit tant bien que mal à mains nues, et réussit même à ôter la vie d’un des orques, mais elle fut malgré tout capturée à nouveau.
Submergé par les assaillants, Lorminam ne sut rien faire pour l’aider et il ne put que déplorer la perte de son amie alors que son dernier compagnon perdait la vie à ses côtés. La dernière image qu’Alcala eut de Lorminam était un elfe seul face à une vingtaine d’orques et de wargs, submergé et prêt à être tué, au mieux. Un dernier flash lumineux, un coup sur le crâne et puis plus rien.

Noir.

Elle se réveilla plus tard dans la même cellule qu’auparavant mais fut moins prise de panique que la première fois. Elle était déjà ravie d’être encore en vie. Mais pour combien de temps encore ?

Alcala passa un très long moment, seule dans le noir de sa cellule et, une fois de plus, était en train de piquer du nez lorsque la porte de métal s’ouvrit brusquement. Les deux mêmes geôliers que la première fois vinrent et l’emmenèrent dans les couloirs tortueux des prisons de Carn Dum. La jeune Hobbite fut emmenée à l’extérieur, dans une cour interne où tous les Hobbits esclaves qui étaient avec elle dans la cage ambulante avaient été rassemblés. Ils n’étaient pas attachés, Alcala avait bien vite compris qu’ils étaient sous l’influence des ombres d’Angmar et qu’aucun n’aurait la volonté de partir ou de tenter quoi que ce soit.
Elle, en revanche, avait les poignets liés et les chevilles enchaînées. Elle fut installée à une certaine distance des autres Hobbits et on la forçat à se mettre à genoux et à regarder dans la direction des esclaves de la Comté.

Le cœur d’Alcala fut soudainement assombri alors qu’un froid glacial et une étrange sensation de malaise envahirent l’air. Un Cargûl avait fait son apparition. Elle ne put dérober ses yeux du spectre rouge et un léger flamboiement orangé apparut dans ses yeux. Le Cargûl s’avança jusque devant Alcala. Cette dernière s’étonna de ne ressentir aucune peur à l’approche de cette terrible créature. Le spectre rouge s’adressa alors à elle en disant qu’en tentant de faire échapper les Hobbits qui étaient à présent la propriété de l’Angmar, Alcala avait fait montre d’un acte de rébellion et de provocation envers le Roi-Sorcier, leur maître à tous, et, par extension, envers le Seigneur des Ténèbres. La Jeune Hobbite ne comprit pas le sens de ces paroles, surtout concernant le mot rébellion. Mais avant qu’elle ne puisse dire quoi que ce soit, le Cargûl se retourna et cracha un ordre sifflant en Parler Noir. Sans attendre, des flasques d’huile furent jetés sans ménagement sur les Hobbits rassemblés au centre de la cour et le feu fut bouté à leurs pieds. Ils n’eurent aucune réaction lorsque les flammes commencèrent à prendre de l’importance. Ce n’est que lorsque la moitié de leurs chairs fut déjà consumée que les pauvres Hobbits furent libérés de l’influence des ombres de l’Angmar et réalisèrent, trop tard, ce qui leur arrivait. La scène fut horrible à voir et Alcala ne put réprimer ses pleurs alors qu’un orque lui maintenait la tête de ses mains sales et poisseuses, la forçant à regarder cet affreux spectacle. Les Hobbits hurlèrent et se mirent à courir en tout sens. Les flammes ayant atteint leur visage, ils ne pouvaient voir clairement où ils se dirigeaient et, en toutes les façons, la place était scellée, toutes portes fermées. Alcala dut dès lors regarder chacun des Hobbits, ses frères et sœurs, se consumer jusqu’aux os dans d’atroces souffrances et de terribles cris.

Après quoi, une fois que tout fut terminé et que le calme relatif fut revenu dans la cour de Carn Dum, le Cargûl refit face à Alcala et sortit une lame noire de sous sa toge. Il en enfonça la lame dans l’épaule droite d’Alcala et la fit ramener à l’intérieur du château.

********************

Pendant ce temps là, fort loin, dans la paisible contrée de la Comté, dans le quartier de Pluiravin, Prymm se faisait un sang d’encre pour sa fille qui ne lui avait plus donné de nouvelles depuis près de 2 semaines. N’y tenant plus, elle prit la décision de se rendre à la maison de confrérie pour tenter de savoir si quelqu’un l’avait vue ou entendue de ses nouvelles. Mais au moment où elle s’apprêtait à ouvrir la porte de sa maison de la Cour des Myrthes, quelqu’un frappa. Dans un élan d’espoir, pensant à sa fille qui revenait enfin la voir, elle se précipita d’ouvrir la porte de sa maison et tomba nez à nez avec un magicien.

Dans d’autres circonstances, Prymm aurait sourit face à cette situation qui lui rappelait étrangement une situation vécue par un autre Hobbit bien des années plus tôt. Car ce n’était pas la première fois qu’un mage se présentait à la porte d’un smial de Hobbit.
Mais là, Prymm se trouva face à Deorolm, l’amant de sa fille et ce dernier semblait être en plein désaroi. A contre coeur, elle l’invita à entrer chez elle et lui proposa une tasse de thé mais Deorolm ne désirait pas tourner autour du pot. Il se faisant énormément de soucis pour sa bien aimée de qui il n’avait plus eu de nouvelles depuis plusieurs jours. Le mage apprit à la mère d’Alcala que cette dernière avait été envoyée en mission spéciale mais qu’elle n’avait pas put lui dire où, pas plus que l’objet de cette mission. Mais, voulant malgré tout garder un œil sur sa bien aimée, afin de la protéger quoi qu’il arrive, il avait envoyé son corbeau à sa suite et ce dernier avait reçu pour ordre de revenir à son maître tous les deux jours afin de ui assurer la bonne santé d’Alcala. Dès lors, il avait appris que la jeune Hobbite se trouvait en Angmar et qu’elle avait parfaitement réussi sa mission. Il avait aussi apprit qu’elle avait prolongé son séjour en Angmar pour une raison que le corbeau n’avait pas encore découverte. Mais depuis, il n’était plus revenu et Deorolm craignait que quelque chose de fâcheux ne soit arrivée à sa tendre et douce.
Voyant l’attention que le mage portait à sa fille, et tout l’amour qu’il semblait lui porter, Deorolm remonta dans l’estime de Prymm. Naturellement, elle ne lui fit part de rien, elle était sa belle-mère après tout, elle ne devait pas lui montrer des sentiments attachants trop rapidement.

Sans plus attendre, Prymm et Deorolm se rendirent à la maison de confrérie afin de monter une petite troupe de volontaire qui les aideraient à retrouver Alcala.
Une fois sur place, ils rencontrèrent Lorminam, un mage que Prymm ne connaissait que de nom car sa fille lui en avait vaguement parlé. Cependant, étant mage lui même, Deorolm connaissait fort bien Lorminam qui était venu jusqu’à la maison de confrérie des Pilleurs de l’Ombre dans l’espoir de trouver quelqu’un à qui raconter ce qui s’était passé avec Alcala en Angmar. L’elfe s’était sorti de justesse de son combat avec les orques et les wargs et avait failli y rester. Il ne dut son salut qu’à Cahrbon, son corbeau et à un autre corbeau noir qui était tout d’un coup apparu et les avaient aidés. Bien entendu, il s’agissait de celui de Deorolm qui fut ravi de retrouver son compagnon.

Lorminam fit alors le récit de ce qui s’était déroulé, du moment où sa compagnie avait repéré les Hobbits et où il avait reconnu l’amie de sa défunte sœur jusqu’à son dernier affrontement et à la capture d’Alcala.

Prymm fut dévastée d’apprendre la capture de sa fille et ne put réprimer une peur affreuse quant à la savoir entre les murs de Carn Dum, à la merci de toutes sortes de créatures abominables. Mais elle ne resta pas indifférente au récit qui concernait les Hobbits esclaves et les officiers de la confrérie s’accordèrent à dire qu’il s’agissait là d’un fait troublant qu’il fallait garder à l’œil. Des membres furent alors envoyés aux abord de la Comté, principalement des Hobbits qui se portèrent volontaires, afin d’accentuer la garde autour de la région.

Prymm rappela alors le pourquoi de sa venue et trouva de nombreux volontaires pour l’accompagner à la rescousse de sa fille. Kvellhal, son père et grand-père d’Alcala, Deorolm, bien entendu, ainsi que Lorminam, Riddor le valeureux rôdeur, Arenna et Eleakitanna les terribles chasseresses et, enfin, Arwood le vaillant capitaine. Ils se mirent en route sans plus attendre et les deux mages envoyèrent leurs corbeaux respectifs en éclaireurs afin de trouver la moindre trace d’Alcala.

Près d’une semaine plus tard, la compagnie atteignit enfin les sombres frontières du terrible royaume d’Angmar. Les corbeaux les attendaient patiemment à Aughaire et leur révéla qu’ils avaient trouvé trace d’Alcala, au sein même du château du Roi-Sorcier. Ils se mirent alors en quête de la forteresse, traversant les contrées désolées de la sombre terre et tuant tout sur leur passage. Ils montèrent d’abord vers le Nord, dans Fasach-Larran, puis bifurquèrent vers l’Est et traversèrent les marais deThorhad. Ils se reposèrent à Gabilshatûr avant de reprendre leur route vers le Nord, passant entre la Vallée de la Mort et Imlad Balchorth qu’ils prirent soin d’éviter et firent une nouvelle halte à Gath Forthnir. Ils approchaient de leur but ultime et envoyèrent une nouvelle fois les corbeaux en reconnaissance. Ils revinrent assez vite et leur apprirent avoir aperçu Alcala au-dehors de la forteresse de Carn Dum, à l’Est des Terres Inflexibles. Elle était toute proche et Prymm ne put supporter de savoir sa fille errer seule dans cette affreuse région. Ils repartirent le soir-même, à la faveur de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les récits d'Alcala - partie 5   Dim 25 Jan - 14:02

Wahou ... La bataille approche !!! Jspr qu il n'y aura pas trop de morts
Revenir en haut Aller en bas
 
Les récits d'Alcala - partie 5
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» simple bilan partie a 1000 points contre un nain
» scenario et déroulement des partie
» partie amicale OCTGN via Hamachi
» Projet de partie SDA, le gouffre de Helm
» Résumé partie XXVI et impressions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Pilleurs de l'Ombre :: 
Role - Play et artistes
 :: BACKGROUND DES PERSONNAGES
-
Sauter vers: