Les Pilleurs de l'Ombre
Bienvenue sur le forum des Pilleurs de l'Ombre !

Les Pilleurs de l'ombre est une confrérie présente sur le Seigneur des anneaux Online, sur le Serveur Sirannon.

Envie de rejoindre notre confrérie ? Venez vous vous inscrire dans DEMANDE DE RECRUTEMENT.

Inscrivez vous avec votre nom de personnage principal.


Chaque être a sa destinée propre. Le seul impératif est de la suivre et de l'accepter, où qu'elle mène.

Même parmi les Ombres.

(adoptez adblock plus pour ne plus être géné par la pub )


 

Partagez | 
 

 Les Enfants de Fornost : épisode II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
cambrioleur/euse débutant/e
Messages : 157
MessageSujet: Les Enfants de Fornost : épisode II   Mer 25 Fév - 20:18

Ithrilandia avait effacé le dessin sur son visage et retrouvé sa jument Blackbetty, elle parcourait à une vitesse folle les terres de Dwalin. Un convoi de marchands lui barra soudain la route, ils avaient l'air en difficulté, une roue de leur chariot était brisée mais la capitaine n'avait pas le temps de s'occuper de cela, elle s'exprima donc avec grâce et éloquence, comme n'importe quelle fille de bonne famille qui s'adresserait à des petites gens :

« Hors de mon chemin paysans ! Marauds ! Raclures ! Laissez-moi passer je pars pour une aventure ! Hors de mon chemin ou vous tâterez de mon épée ! »

Les marchands terrifiés se jetèrent dans le fossé mais Blackbetty piétina quelque peu un souffleur de verre hobbit. Ils virent le cheval fou et sa cavalière s'éloigner au loin, accompagnée de leurs insultes et autres poings levés. Le vent dans les cheveux, Ithrilandia se rapprochait de la Comté, elle appréciait cette terre pittoresque et tranquille, où les postiers recevaient en compensation de leurs efforts un ou deux crachats à la figure, avec toujours ce même reproche pour le retard et où les aventuriers s'engraissaient à vue d'oeil, à force de récompenses culinaires. La capitaine ralentit en s'approchant de l'auberge de l'Oiseau et du Nourrisson, il y avait un drôle d'attroupement devant la porte. Une quinzaine de hobbits se tenaient là, pratiquant leurs activités habituelles : le comérage et la médisance. Ceux-là parlaient en particulier d'un groupe de guerriers rentré dans l'auberge pour faire halte, Ithrilandia entendit les mots trouble-paix et vils gredins, elle devina qu'il s'agissait des Pilleurs. La jeune femme allait ouvrir la porte quand une fenêtre de l'établissement explosa, un corps vêtu de rouge fut projeté à l'extérieur, provoquant la panique chez les hobbits. Le corps en question tenta de se relever mais il fut rejoint par un tabouret qui atterrit sur ses côtes, on tira si fort la porte qu'elle fut arrachée et tomba part terre dans un fracas impressionnant, une elfe visiblement en colère sortit de l'auberge et se rua sur l'homme rouge. Elle le souleva et écrasa à deux reprise son poing au milieu de la figure du pauvre bougre en hurlant :

« Moi je suis pas féminine ?! Moi je suis pas féminine ?!! Répète-ça un coup ! »

L'elfe se tourna brusquement vers Ithrilandia qui crut sa dernière heure arrivée, alors que les autres clients de l'auberge sortaient précipitamment. Elle arrêta de cogner sur l'homme et s'exclama :

« Hé mais c'est la nouvelle ! Contente de te voir, moi c'est Arenna, officière des Pilleurs de l'Ombre.

Ithrilandia n'écoutait pas, elle avait les yeux rivés sur l'homme que l'elfe tenait dans sa main droite, il avait le visage couvert d'hématomes, le nez et les lèvres en sang, un œil au beurre noir et trois dents cassées, il lui fallut du temps pour reconnaître là Welarmis le barde (le temps qu'il ramasse son chapeau à panache en fait). L'humaine se concentra et récita toutes les formules de politesse elfiques qu'elle connaissait, de peur de finir comme le chanteur :

- Excusez-moi, je ne me suis pas réveillée ce matin et je ne savais pas pour la mission, je vous prie de me pardonner...ne me tapez pas.

- Mais te fais pas de mouron va ! On va avoir besoin de toi dans le Grand Galgal ! Je vais te présenter aux autres.

- Merci Arenna !

Le rôdeur de l'Ithilien là, c'est Yannchatila, mais tout le monde l'appelle Yann, c'est plus court. Il fait souvent la tête mais c'est un bon compagnon ! L'autre elfe aux longs cheveux noirs s'appelle Eleakitanna, elle est vraiment douée avec un arc et c'est une gentille fille. La hobbitte à la cloche c'est Prymm, mais tu la connais déjà. Le vieux ménestrel barbu c'est Kvellhal, le père de Prymm. Le hobbit au capuchon qui essaye de voler la bourse de Kvell' se nomme Dibbo, il aime les choses qui brillent et les orques morts, mais il ne parle pas beaucoup. Et celui-là, dit Arenna en secouant sa victime, c'est mon ami Welarmis Sombrelame, il aime les bonnes bières et les belles femmes, hein Wel' ?

- Oui oui, lâche-moi s'il-te-plaît...

- C'est aussi le père adoptif de Riddor le rôdeur du nord, celui qui t'a délivré.

- Mais où est Riddor ?

Arenna laissa tomber Welarmis sur les fesses et se tourna vers ses compagnons qui regardaient Kvellhal écraser la tête de Dibbo avec son énorme poing, elle demanda :

- Mais c'est vrai ça ! Où il est Riddor ? »


Pendant ce temps, le dunedain s'étira longuement et ouvrit les yeux avec difficulté. Il avait un mal de tête atroce, le vin elfique avait fait son œuvre. Il s'étonna d'abord de ne pas retrouver son pantalon puis remarqua qu'il se trouvait dans la chambre d'Anamaria. Trop fatigué pour se demander le pourquoi du comment, Riddor sortit dans le couloir et retrouva là son cher pantalon. En fermant la porte, il découvrit un petit message grifonné sur un vieux papier, planté à l'aide d'un gros couteau de cuisine, il disait :

Coucou Riri,
Si tu te réveilles, ne t'inquiètes pas de mon absence, je suis partie rejoindre Arwood et Horukya en Angmar pour venir en aide au Conseil du Nord, je serais bientôt de retour. Si tu ne te réveilles pas, passe le bonjour aux Valars pour moi.

.Anamaria


Riddor rangea le papier dans sa poche et enjamba un nain ivre mort, il déboucha dans la salle des banquets et reconnut la petite Alcala qui semblait contrariée, elle retenait quelque larmes :

« Ben alors Alcala, ça va pas ?

- Bouhou ! J'ai été vilaine avec Ithrilandia ! Je me suis comportée comme un Pied de Gram !

- Mais que s'est-il passé ici ?

- Hé Riddor, pourquoi tu as le visage couvert de rouge à lèvre ?

- Hein ? Heu...pour rien. Tu n'as pas à t'en faire pour Ithrilandia, c'est une fille du Gondor, elle ne restera pas bien longtemps en notre compagnie.

- Pouwa ?

- Elle aurait dû rester à l'abri, derrière les murs de Minas Tirith.

- Pouwa ?

C'est alors que la porte de la cave s'ouvrit bruyamment, Riddor vit deux grandes silhouettes  monter les escaliers en faisant de grands gestes avec les mains, c'était Aegharneris et Deorolm qui s'exclamaient :

- Incroyable !

- Terrifiant !

- Invraisemblable !

- Sinistre !

- Quel sale coup du destin !

- Que les Valars nous protègent !

- Allons les amis, que se passe-t-il ?

- Je crains déjà le sort funeste qui nous attend !

- C'est la fin des haricots oui !

- Par les grands éléphants, allez-vous vous expliquer oui ou non ?

- Nous allons sombrer dans les ténèbres !

- L'ombre s'étend, et l'hiver vient.

- Pardonnez-moi très chers, mais auriez-vous l'obligeance de m'informer de votre trouvaille s'il-vous-plaît ?

- Ho Riddor ! Bien le bonjour à toi !

- Salut Riddor, que fait ce rouge à lèvre sur ton visage ?

- Ce rouge...rien, laissez tomber. Bon, vous allez parler alors ?

- Hé bien, nous avons soigné Alcala du mal des Galgals...

- C'est plutôt une bonne nouvelle ça non ?

- Exact, le gaz transforme n'importe quelle personne saine d'esprit en vilaine créature colérique, ce produit doit venir des caves de Carn Dum, je n'ai jamais vu ça dans la région.

- Quand j'ai respiré ce truc, il émanait du Grand Galgal. Le tombeau doit en être rempli !

- Mais les autres sont partis là-haut, il faut les prévenir !

- Nous devons les rattraper au plus vite et empêcher ce mal de s'échapper des galgals !

- A vos montures les gars ! Et pressons l'allure ! »


Ithrilandia était ravie de retrouver ses compagnons, elle avait hâte de connaître le but de cette mission. Elle déchanta très vite en apprenant l'objectif de la quête : renflouer les caisses de confrérie. Arenna expliqua que les dépenses liées à la fête de hier avaient tout simplement vidées les comptes officiels des Pilleurs de l'Ombre. Heureusement, un honnête commerçant de Bree du nom de Gill Bougeron s'était présenté à eux, il leur avait proposé une quête simplissime : retrouver une clé magique cachée dans les chambres funéraires du Grand Galgal pour laquelle il payerait la coquette somme de cinq mille pièces d'or, sans la prime de risque. L'Elfe était réjouie, l'affaire était jouée d'avance, le Grand Galgal était connu des aventuriers pour être un lieu particulièrement serein, seulement hanté par quelque seigneurs décharnés, des légions de mort-vivants affamés, une colonie de vers géants mangeurs d'homme, des millions de rats cannibales, des chiens démons aux crocs acérés et des esprits malsains. Rien de bien méchant en conclusion, tout cela n'était pas grand chose en comparaison au missions habituelles des Pilleurs. Ithrilandia eut alors une sensation étrange, elle était persuadée que son repas de la veille se rebellait contre l'ordre des choses et tentait de s'échapper du système digestif, sûrement pour échapper aux zombies du galgal. Arenna observa avec surprise la jeune humaine déglutir son dernier repas à ses pieds, l'elfe lui demanda ce qu'il lui arrivait et Ithrilandia lui répondit :

« Quand on m'a dit qu'il s'agissait d'une mission au Grand Galgal, je ne pensais pas qu'on allait devoir entrer dedans !

- Mais enfin, à quoi pensais-tu ?

- Hé bien à une mission habituelle ! Tuer quelque monstres à proximité de l'édifice ! Mais pas...entrer dedans !

- Allons bon ! Quand on parle du Grand Galgal c'est pour parler du Grand Galgal ! Autant appeler un galgal un galgal non ?

- Galgalgalgalgalgalgalgalgal !

- Oui c'est ça ! Galgal !

- Mais non, s'exclama Yannchatila, elle claque des dents ! »

Ithrilandia avait entendu de terribles histoires sur cet endroit hanté, personne n'est jamais ressorti du Galgal vivant d'après tout les hobbits éméchés qu'elle avait rencontré, il paraissait que cet endroit rendait fou, aveugle et malodorant à vie. La jeune femme se demandait le genre de folie qui l'avait conduite ici, dans cette bande de fous furieux, elle se dit :

« Ho comme je voudrais être près de ma chère Tour Blanche, à engloutir des beignets et à ne rien faire de mes journées ! »

Ce n'était pas la dernière fois qu'Ithrilandia aurait de pareilles pensées, mais pour l'instant, elle était dans un drôle de bazar, avec sa compagnie énervée, ce ménestrel baignant dans son sang, cette auberge vandalisée et ces hobbits en colère. En effet, les habitants de Grand'Cave n'étaient pas du tout satisfaits par le comportement des Pilleurs sur leur territoire, ils avaient déjà sorti fourches et gourdins pour régler ce différent à l'amiable, c'est à dire avec des cordes, des pierres, et la participation du Brandevin. Ithrilandia regarda terrifiée cette quinzaine de semi-hommes approcher, piques en avant, regard cruel et sourire carnassier, avançant en rang serré et disparate et mettant un pied poilu devant l'autre de façon cadencée. Ce jour-là le soleil brillait sur la Comté, l'odeur de tourte à la viande se mêlait avec celle du sang chaud coulant sur les dalles, les moineaux voletaient gaiement au-dessus d'un tas de frontaliers assommés, les mésanges et autres petits volatiles chantaient l'arrivée du printemps avec leurs plus belles mélodies, hélas couvertes par les pleurs d'un garde blessé à la fesse gauche par une flèche elfique, la lumière du jour se reflétait sur l'herbe verte fraîche où croupissaient les hobbits gêneurs, vaincus par Arenna l'elfe, Kvellhal le nain et dépouillés de toute monnaie par Dibbo le cambrioleur et les autres Pilleurs, seule Ithrilandia était trop remuée pour participer à la rixe. Ce petit moment fort sympathique fut conclut par les mots d'Arenna de Vertbois, ce peuple elfique connu pour sa grande sagesse :

« Faut pas faire chier les Pilleurs ! »

C'est ainsi que le groupe quitta la ville de Grand'Cave, les bourses bien remplie et les cœurs vaillants, prêts à apporter la paix et la prospérité aux Peuples Libres de la Terre du Milieu. Chacun était très satisfait de ce petit échauffement et ils ne faisaient pas attention à la mine sombre d'Ithrilandia. Arenna aiguisait ses couteaux sur selle, Dibbo comptait son or volé précédemment, Prymm lisait, toute en chevauchant, le nouveau catalogue de Leila et montrait en s'exclamant les merveilles de la collection printemps-été à Eleakitanna, Yannchatila, comme tout les rôdeurs, était pensif et avait la mine sombre, peu importe l'événement ou l'humeur ambiante, Kvellhal et Welarmis chantaient un air joyeux un peu gâché par la machoire endommagée du barde humain. Le groupe se dirigeait donc vers le Pays de Bree et le Grand Galgal, prêt à en découdre avec le destin.


Aegharneris et ses trois compagnons arrivèrent fatigués à la frontière de l'Ered Luin et de la Comté, le jour était déjà bien avancé et les quatre amis étaient nerveux, une grève du personnel minier bloquait complètement l'accès à Noglond. Les héros durent attendre une charge des gardes du Palais de Thorin qui dispersèrent les manifestants et permirent à la communauté de quitter la région. La situation se compliqua encore à l'arrivée à Grand-Cave, la ville était fermée et des gardes en arme patrouillaient sur tout les chemins. Riddor se demanda quel genre d'événement avait pu inquiéter les hobbits, d'habitude joyeux et pacifiques, à ce point. Il eu bien vite sa réponse, un frontalier, toque vissée sur la tête et lance pointée vers les cavalier leur fit signe de stopper leurs montures. Il leur expliqua ensuite les faits :

« Halte là aventuriers ! La Comté est en état d'alerte, nous avons été violemment attaqués par une bande de brigands sournois, de la pire espèce !

- Des brigands ? Quel genre de brigand ? Demanda Alcala, inquiète pour ses congénères ;

- Il y avait dans cette compagnie sinistre 32 berserkers gobelins, 46 orques en armure, 58 mercenaires humains, 27 elfes corrompus, 67 hobbits décharnés et une trentaine de combattants Poing-Bourrus d'après les dires des clients de la taverne, certains disent aussi avoir vu cinq trolls, un lézard vert géant cracheur de feu et un monstre blanc en chamallow. Vous comprenez, face à un tel nombre, la garde de Grand'Cave a été débordée !

- Pourtant la ville semble bien tranquille et très propre malgré la bataille !

- Oui, c'est que nous les hobbits, on adore le rangement, quand tout est beau et ordonné ! Heu...voici le portrait robot des forbans qui ont monté cet assaut contre nous.

Aegharneris se pencha sur le dessin, il s'exclama alors :

- Mais...Riddor regarde ça ! Se sont nos amis qui sont dessinés sur ce papier !

- Tu es sûr ? Moi je ne vois que trois bonhommes bâtons de tailles variables avec des cheveux gribouillés à la va-vite, un soleil-visage, une maison en carré et des tâches vertes en guise d'arbres.

- Allons Riddor, je ne suis pas un magicien de pacotille tout-de-même !

- Vous connaissez ces énergumènes ?

- Bien sûr que je les connais, expliqua Aegharneris, je suis un de leurs plus vieux amis ! Arenna l'elfe, Prymula la barde de la Colline et de Par-Delà-la-Colline, Yannchatila le rôdeur de l'Ithilien, gardien de la Tour Blanche, Kvellhal le conteur des Montagnes Bleues et...

Le mage ne put en dire plus, les frontaliers se jetèrent sur lui en poussant des roucoulements terrifiants, ils le piquèrent et le frappèrent avec leurs gourdins, il fut ligoté en moins de temps qu'il ne faut pour dire anticonstitutionnellement dix fois la bouche pleine, pendu par les pieds à un saule, pillé de toutes richesses puis humilié par de jeunes semi-hommes qui lui lancèrent des excréments de sanglier en plein visage. Le garde s'adressa ensuite aux autres Pilleurs :

- Et vous, vous les connaissez ?

- Non !

- Jamais vu !

- Connais pas...

- Très bien, vous pouvez circuler, et pas de grabuge surtout ! »

La compagnie, réduite d'un membre continua alors son chemin, sous l'oeil vigilant des frontaliers, ravis d'avoir capturé un trouble-fête, pressés de le farcir comme un cochon. Alcala jura de revenir libérer son ami au groin rose sur le chemin du retour, car pour l'instant c'était toute la confrérie qui était en danger ! Riddor Sombrelame ne put s'empêcher d'adresser un petit salut de la main à Aegharneris, avec un sourire taquin, puis il reprit une attitude de rôdeur, c'est à dire un air pensif et une mine sombre.




À suivre...


Dernière édition par Riddor le Mer 25 Fév - 21:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
cambrioleur/euse débutant/e
Messages : 157
MessageSujet: Résumé   Mer 25 Fév - 20:21

Et voilà le deuxième épisode lol!

Ici Alcala retrouve un semblant de normalité, notre confrérie croise des hobbits de compétition et perd déjà son magicien ! Sad

Bonne lecture et à plus tard pour la suite des Enfants de Fornost !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Terreur des ténèbres
Messages : 2286
MessageSujet: fanfic   Mer 25 Fév - 22:13

2eme chapitre tout aussi bon que le premier !! Alala la conf est dans de beaux draps esperons qu'ils vont se bouger les fesses x) Pauvre aeg ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Duc/Duchesse de l'Ombre
Messages : 1092
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost : épisode II   Mer 25 Fév - 22:31

Je suis pas comme ça moi ! C'est et pas vrai !
*defonce la porte de la chambre de Riri*
Tu vas voir !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voleur/euse confirmé/ée
Messages : 338
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost : épisode II   Jeu 26 Fév - 21:29

Pauvre cochonouuuuuuuu !!! faut le sortir de là ^^ !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
chercheur/chercheuse de trésors
Messages : 491
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost : épisode II   Ven 27 Fév - 0:40

Extra Very Happy
J'espère que le mal des Galgals ne se soigne pas mais qu'il ne peut être que apaisé momentanément… Razz
La Alcala-goblin me manque à vrai dire XD

Non je ne suis pas une girouette du tout.. XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les Enfants de Fornost : épisode II
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Nabz Coussin/doudou pour les grands enfants...
» TROISIEME EPREUVE : LES ENFANTS DU NABZ
» integrer la guilde · les enfants du feu·
» Allons enfants de la brasseriiiiiiiiiiiiie
» recherche épisode 1 téléfilm "Les corbeaux"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Pilleurs de l'Ombre :: 
Role - Play et artistes
 :: FANFICTIONS
-
Sauter vers: