Les Pilleurs de l'Ombre
Bienvenue sur le forum des Pilleurs de l'Ombre !

Les Pilleurs de l'ombre est une confrérie présente sur le Seigneur des anneaux Online, sur le Serveur Sirannon.

Envie de rejoindre notre confrérie ? Venez vous vous inscrire dans DEMANDE DE RECRUTEMENT.

Inscrivez vous avec votre nom de personnage principal.


Chaque être a sa destinée propre. Le seul impératif est de la suivre et de l'accepter, où qu'elle mène.

Même parmi les Ombres.

(adoptez adblock plus pour ne plus être géné par la pub )


 

Partagez | 
 

 Les Enfants de Fornost : épisode III

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
cambrioleur/euse débutant/e
Messages : 157
MessageSujet: Les Enfants de Fornost : épisode III   Ven 27 Fév - 2:51

 - Elea ! Elea ! Que voient vos yeux d'elfes ?

- L'astre flamboyant disparaît de ma vue et les ombres nous encerclent.

- Ouais c'est la nuit quoi.

- Le crépuscule plutôt, précisa Ithrilandia.

- Mais toi on t'a pas demandé ton avis, grogna Arenna.

- Allons les amis, haut les cœurs ! Nous approchons du but, pensez à l'or qui nous attend gentiment !

- Oui...l'or...à moi...

- Que dis-tu Dibbo ? Dibbo ?

Prymula Dragonelle faisait tout pour encourager ses camarades mais la météo ne l'aidait pas, un épais brouillard s'était levé dans les champs de Bree, à faire pâlir un londonien et il pleuvait, très fort. L'elfe de Mirkwood avait d'ailleurs une expression toute trouvée pour ce moment, qu'elle exprima avec toute la grâce propre à son peuple :

- Putain ! Il pleut comme vache qui pisse !

- Y en a marre je suis trempé !

- J'ai froid !

- Je vais tomber malade !

- J'ai peur !

- L'hiver vient. »

Ithrilandia, elle, s'inquiétait pour son sort, elle pensait aussi à Erganir qui avait disparu, son ami avait dû avoir le bon sens de fuir les Pilleurs et de retourner à Minas Tirith. Elle ne pouvait pas lui en vouloir, malgré ses faibles compétences de combattant, Erganir était un ami loyal et sage, après cette aventure dans le galgal, elle le retrouverait sûrement en Valinor, là où vont les gens trop arrogants pour rester chez eux, en sécurité. Elle pensa :

« Ho comme mon logis me manque ! Mes petits pains au chocolat du matin et mes posters de Faramir ! »

Ce n'était pas encore la dernière fois qu'Ithrilandia proférerait des pensées si nostalgiques, à la vue de Prymm qui souriait en tentant d'essorer sa robe et de Yann qui, malgré sa mine sombre, semblait garder courage, Ithrilandia décida de faire de son mieux dans le tombeau, malgré ses os trempés, ses bras tremblants et sa goutte au nez. La compagnie prit le petit chemin oppressant qui menait aux Hauts des Galgals nord, la capitaine frissonna en voyant le corps en décomposition étalé sur le chemin, comme un avertissement morbide, l'Ennemi possédait ce lieu et les morts le gardaient pour lui. Arenna piétina le cadavre avec son cheval et mena la charge sur le gigantesque tombeau sans que ses amis ne puissent la suivre, car ils ne voyaient pas plus loin que le bout de leur nez. Elle trancha la tête à une vingtaine de zombies en trois tours de main, elle brisa les os des barghests malheureux qui croisèrent sa route, elle mit le feu à un huorn dépressif et prit la peau des ours maléfiques sans même les tuer. A des lieues de là, le reste des Pilleurs se tenait toujours à l'entrée, réfléchissant à un plan d'attaque :

- On devrait chanter tous très fort pour effrayer ces ennemis ! Et je ferais beaucoup de bruit avec ma cloche, ça les intimidera !

- Ce sont des morts, ils n'entendent pas.

- On pourrait construire un engin de siège et...

- On a déjà dit non Kvellhal !

- Faîtes chier.

- On pourrait aller picoler nan ?

- Ou retourner à l'abri ?

- Oubliez ça, une idée Eleakitanna ?

- Nous pourrions avancer et nous rendre au Grand Galgal !

- Merci Eleakitanna...vous parlez d'une aventure...bon je crois que c'est à moi de décider...encore.

Yannchatila allait devoir prendre la responsabilité du commandement de sa communauté, il décida de partir en reconnaissance d'un côté et d'envoyer Eleakitanna de l'autre côté pour inspecter les environs. Il s'agissait d'esquiver le plus de mort-vivants possible pour arriver au Grand Galgal indemne, frais et dispo, inutile de s'épuiser sur la piétaille, disait son mentor rôdeur, trouve le chef, plante-lui une flèche dans l'oeil et la menace disparaîtra. C'était exactement ce que comptait faire Yann, trouver le seigneur des hommes décharnés et briser le lien qui l'unit aux autres cadavres ambulants. Yann sourit, c'était une idée de génie, personne n'y avait pensé avant lui, pour sûr ! Il escalada rapidement une colline et observa le sinistre horizon qui s'offrait à lui, il frémit et redescendit, l'elfe fit de même de son côté, avec plus de grâce toutefois, car l'agilité était un don inné chez les Eldars. Eleakitanna fit son rapport la première :

- J'ai vu un ciel étoilé, de charmantes petites cheminées sortant de collines vertes et lointaines, de petites portes rondes et finement sculptées, des feux de joie allumés partout, des guirlandes aux arbres et de petites gens qui dansaient joyeusement autour !

- Heu Elea je crois que tu as regardé dans la direction du Pays de Bouc.

- Ha pardon !

- C'est pas vrai...bon, quant à moi, j'ai observé des légions d'hommes décharnés, en armes, se préparant au combat et patrouillant, j'ai aussi vu des meutes de barghests cherchant de quoi se nourrir, il y a aussi des esprits ténébreux en quête d'âmes à dévorer, les arbres bougent et sont emplis de haine, les ours ne pensent qu'à massacrer chaque être vivant qui croise leur route, il sort toujours plus de zombies de terre et les galgals sont éclairés par des feux violets et maléfiques, les hurlements de créatures plus terribles encore semblent émaner de leurs entrées repoussantes !

- Vous voulez pas aller picoler plutôt ? Z'êtes sûr ?

- Yann ! Un cavalier approche ! Il fonce droit sur nous !

- A vos armes ! Soyez prêts à tout !

Le cavalier émergea de la brume, il s'agissait d'Arenna, sa cape était imbibée de sang, son visage complètement recouvert de ce liquide vital, elle arborait un sourire à la fois ravi et sinistre. Ithrilandia remarqua avec effroi que les sacoches attachées à son cheval étaient pleines de peau d'animaux encore couvertes de muscles et de chair et que des bras humains aux doigts couverts de bijoux dépassaient d'un des sacs. Elle sermonna ses compagnons :

- Ben alors qu'est-ce que vous glandez bande de lopettes ? Je vous attend depuis une demi-heure ! J'ai nettoyé le chemin et récupéré un sacré butin, venez voir ça...rooh que ces mouches peuvent m'énerver ! J'ai trouvé ce grimoire ancien, sûrement une relique datant du Cardolan !

- Montre-moi, demanda Yann,je peux lire ces écrits ! Il va sûrement nous révéler quelque secrets de ce royaume perdu !

Yannchatila prit le livre, il était très abîmé et couvert de matière visqueuse, Arenna s'en était servi pour écraser un rampant. Il l'ouvrit et put déchiffrer une des rares phrases encore lisible.

- Alors, qu'est-ce que ça raconte ?

- C'est écrit qu'est-ce qui est vert qui monte et qui descend ?

- Laisse tomber, c'est un livre de blagues.

- Pas drôles en plus.

Déçu, Yann lança le bouquin dans le brouillard qui atterrit sur le crâne de Kvellhal. Ils suivirent cette fois-ci l'elfe jusqu'au Grand Galgal, elle avait effectivement dégagé la route, les rares zombies encore debout fuyaient en gémissant à sa vue. Ainsi l'entrée de pierre du tombeau s'offraient à eux, inutile de préciser qu'Arenna avait hâte d'y entrer, ses compagnons un peu moins, à cause des cris terrifiants qui s'échappaient des entrailles de la terre, depuis le galgal. Yann toussota pour attirer l'attention sur lui et s'exprima :

- Bien, nous y voilà, restons groupés, soyons sérieux et chacun aura sa part !

- Ouais !

- Buvons à ça avant de rentrer !

- Non !

- Pfff... 

Le galgal était moins effrayant de l'intérieur que de l'extérieur, les torches avaient été allumées et l'endroit semblait vide, mis à part un groupe de rats qui s'enfuit à l'arrivée du groupe, aucune menace ne pointait le bout de son nez. Par contre, une odeur nauséabonde empestait l'air, Prymm s'esclama :

- Mais ça pue ! On dirait que des gobelins ont ouvert un restaurant pas loin !

- Je crois que c'est Arenna, ses affaires sont imbibées de sang maudit.

- Tu ferais mieux de la fermer Welarmis, si tu ne veux pas que mes fringues soient imbibées par TON sang !

- D'accord, d'accord ! Je rigole c'est bon !

- J'ai un mauvais pressentiment les amis, je crois que nous nous sommes mis dans un joli pétrin !

- J'ai l'impression d'entendre un ricanement dans mon dos !

- Il y a des maléfices à l’œuvre ici !

- Et l'hiver vient.

Soudain, un rocher sortit de terre dans un fracas épouvantable et boucha la sortie. Les Pilleurs se mirent à jurer et à pester, à maudire ce lieu et Ithrilandia commença à pleurer. Yann reprit ses esprits, un seul choix s'offrait à eux : continuer à avancer, suivre la lueur des torches. Le rôdeur prit donc la tête de sa communauté déprimée et se dirigea vers les profondeurs du tombeau. Très vite, la situation se compliqua, les pièces commençaient à se remplir, il y avait là des zombies obèses qui vomissaient des rampants hargneux, des liches qui crachaient un liquide vomitif sur les pauvres aventuriers, des invocateurs sans tête et des guerriers spectraux très agressifs. La lame d'Ithrilandia était déjà bien abîmée quand les vagues d'ennemis se calmèrent, son haubert bleu evendim était recouvert de tâches jaunâtres, de sang et de bave de rampant, son moral était au plus bas. Arenna quant à elle, riait aux éclats. Yannchatila poussa une grande porte décorée d'un crâne aux yeux rouges menaçants, elle s'ouvrit en grinçant et là, Ithrilandia crut être arrivée en Enfer, la salle était immense, remplie de mort-vivants, plus laids et décomposés les uns que les autres. Au milieu de la salle se tenait trois seigneurs décharnés, ils étaient occupés à se disputer et à hurler des ordres sur leurs esclaves. Certains zombies défilaient en file indienne avec dans les bras un baril fumant et débordant d'une substance horribles et malodorante au possible. Les seigneurs des lieux finirent par remarquer la présence des aventuriers dans leur bastion, ils éclatèrent de rire :

- Mwark mwark mwark ! Bande d'imbéciles ! Nous sommes de retour...

- Pour vous jouer un mauvais tour !

- Vous allez perdre vos misérables vies...

- Parce qu'on en a envie !

- Gaerthel !

- Gaerdring !

- Et Thadur le moissonneur !

- On est cruel ! De vraies horreurs !

En déclinant leurs identités, les trois mort-vivants avaient effectué un chorégraphie particulièrement ridicule qui suffit à traumatiser Kvellhal le nain et Prymm, à faire baisser les armes à Ihtrilandia, à faire disparaître Dibbo, Eleakitanna elle, applaudissait d'admiration. Ces maux ancestraux étaient d'une souplesse pour leur âge. Seuls Arenna et Yannchatila étaient encore prêts à se battre, le rôdeur sauta au-dessus des esclaves pourrissants, effectua un double salto arrière, une roue à l'atterrissage et se posa pile devant les maîtres des lieux, en prenant un instant la pause. Elea siffla et applaudit encore plus fort, cette mission était géniale. Le rôdeur menaça alors le décharné :

- Je vous préviens, renoncez à vos machinations sinon...

- Sinon quoi ? Attaque être des galgals puissant !

- Arenna ! Go !

- Arenna !

- Vite, il faut les arrêter !

- Arenna ! Arenna !

- Mais pourquoi tu répètes ton nom comme ça ?

- Aucune idée, allez baston !

- L'elfe décapita d'un coup sec le zombie, évidemment, ce fut très efficace et le corps s'effondra par terre. Les trois seigneurs envoyèrent alors d'autres esclaves sur cette ennemie mais rien ne pouvait stopper ses lames forgées dans l'ancienne Gondolin. Bras, jambes, têtes, tout cela volait un peu partout dans la pièce et Arenna riait, elle s'amusait comme une folle.

- Cela suffit ! Attaquez tout-le-monde ! Mort à l'elfe ! Tuez-les ! Tuez-les !

- Yann ils sont trop nombreux ! Et il en vient d'autres !

- Allons les amis ! Défendez-vous !

Welarmis, Ithrilandia et Prymm menèrent l'assaut à coup d'épée, de luth, de bouteille de vin, Kvellhal se mit à chouer un hymne de guerre pour encourager ses alliés et Dibbo commença à piller les cadavres. Eleakitanna tira une flèche qui se logea dans l'oeil gauche de Gaerthel, un liquide verdâtre se mit à couler de la plaie et il hurlait :

- Enlevez la ! Enlevez la !

Son frère Gaerdring tira alors sur la flèche mais la tête de Gaerthel partit avec. Le reste de son corps tourna sur lui-même deux fois, courut dans toutes les directions et finit par heurter un mur. Malgré cette blessure plus que grave, le seigneur continuait à pester dans les mains de son frère :

- Sombre crétin ! Regarde ce que tu as fait ! Mais fais donc quelque chose !

Surpris, Gaerdring lança la tête de son aîné dans la foule qui poussa un long iiiiiiiiiiiiiidioooooot avant de rencontrer de façon violente le front de Yannchatila, qui fut assommé sur le coup. Thadur le Moissonneur envoyait sur ses ennemis toujours plus de mort-vivants, il se protégeait avec leurs corps et semblait inatteignable, les Pilleurs de l'Ombre commençaient à se retrouver noyés sous tant d'ennemis, Ithrilandia et Welarmis avaient du mal à lever encore leurs épées et Arenna croulait sous les masses de chair tailladées, tout semblait perdu pour la confrérie. Soudain, la pièce se mit à trembler violemment et le plafond s'effondra sur les décharnés, Prymula et Kvellhal eurent tout juste le temps d'échapper au cataclysme, les autres se réfugièrent en sécurité. Thadur se retrouva seul, entouré de seulement cinq serviteurs, il prit peur en pensant à la violence de l'elfe et paniqua :

- Mais bougez-vous tas de chair pourrissante et massacrez ces individus !

Hélas pour lui ses derniers esclaves furent tués d'une volée de flèches à l'origine mystérieuse, il poussa un horrible grognement de rage :

- Vous ne vous en tirerez pas comme ça ! Mon maître serait mécontent et...

Il ne put s'exprimer plus car une dague lui ouvrit le ventre dans la largeur, il regarda d'un œil blasé ses tripes se répandre sur le sol, glapit, puis mourut une nouvelle fois. Satisfait, Riddor rangea sa lame et aida Yannchatila à se relever, le rôdeur aperçut la clé magique pendue à la ceinture du monstre, il la ramassa puis fit un signe à Alcala et à Deorolm pour leur faire comprendre que tout allait bien pour tout le monde. Welarmis et Kvellhal toussaient à en vomir leurs poumons, Prymm époussetait sa robe avec frénésie et Eleakitanna fixait le ciel étoilé de nouveau visible à cause de l'effondrement. Arenna cria :

- Pilleurs avec moi ! On fout le camp !

- On te suit ! Clamèrent tout les aventuriers en cœur.

Hélas pour eux, une désagréable surprise les attendait dehors, le tombeau avait été encerclé par les orques et les suderons, ils étaient beaucoup trop nombreux pour les héros déjà épuisés et affaiblis par la magie des galgals. A la tête de cette affreuse troupe se tenait un homme debout dans un chariot, il était habillé à la mode de Bree, sa tête au rictus mauvais se trouvait garnie par des cheveux longs et hirsutes, il portait aussi une moustache désagréable à la vue. Il hurla :

- Pilleurs de l'Ombre ! Vous êtes faits comme des rats, posez vos armes immédiatement !

- Mais je vous connais, s'exclama Yannchatila, vous êtes Gill Bougeron, le marchand qui nous a confié la quête ! Que signifie cette mascarade ?

- Bande d'imbéciles ! Mon déguisement a suffi à vous tourner en bourrique, vous avez nettoyé le Grand Galgal pour nous ! Nous allons nous emparer des maléfices inventés par Thadur au nom de Sharcoux !

L'homme corrompu retira alors sa fausse moustache et se mit à rire d'une horrible façon, il sauta à pied joint, cueillit une fleur, arracha ses pétales, les lança au-dessus de sa tête et réalisa quelque pas de danse particulièrement nocifs pour sa virilité.

- Bill Fougeron ! Ton déguisement nous a dupé ! Tu nous le payeras !

- Ha ha ha ! Et que comptes-tu faire rôdeur de pacotille ?

- Excusez-moi...

C'était Dibbo qui venait de prendre la parole, il avait retiré sa capuche et semblait intéressé par la tournure des événements :

- Qui a-t-il misérable larve ?!

- Hé bien, très cher monsieur, nous avions un accord n'est-ce-pas ? Une importante quantité d'or, sans la prime de risque, contre une clé magique que nous possédons à présent. Nous pouvons donc dès à présent conclure notre marché ! Où est l'or ?

- Mais...tu ne comprends pas, tout cela n'était qu'un piège pour mettre fin à vos activités ! Il n'y a pas d'or !

- Pas...d'or ?

- Non pas d'or ! En tout cas pas pour vous ha ha ha !"

La scène qui suivit resta à jamais gravé dans les esprits des personnes présentes, on raconta qu'Eleakitanna perdit d'ailleurs le sommeil à cause de cela, d'autres prétendirent qu'elle préférait contempler le ciel marin et étoilé de Mithlond plutôt que de se reposer, mais ceci est une autre histoire. Dibbo se mit alors à trembler, il répétait pas d'or, pas d'or, de plus en plus vite et fort. Soudain il bondit sur Bill Fougeron si vite que personne ne put réagir, ses cheveux s'étaient dressés sur sa tête, ses yeux étaient injectés de sang et il bavait de la mousse blanche, il hurlait PAAAAAAAS D'OOOOOOOR ?!!. L'homme cria, demanda de l'aide, supplia, mais tout était fini pour lui. Le hobbit lui creva les yeux avec ses ongles, il glissa sa main dans la gorge du pauvre bougre et en sortit son cœur encore palpitant qu'il goba d'un coup, le scalpa puis jeta son cadavre aux pieds des orques, horrifiés devant tant de violences barbares. Dibbo remit ensuite sa capuche, marcha tranquillement jusqu'au chariot, y ouvrit un des coffre qui s'y trouvait et y trouva de l'or. Heureux, il referma le coffre et s'assit dessus, attendant le départ. Les ennemis à proximité s'enfuirent le plus rapidement possible, certaines légendes racontent qu'ils fondèrent une communauté pacifiste à l'autre bout de la Terre du Milieu, mais ceci est une autre histoire. Ceux qui restèrent furent massacrés sans état d'âme par Arenna, d'une violente façon, elle se justifia en utilisant comme à son habitude, la rhétorique de son peuple, comme ceci :

"Nan mais faut pas non plus déconner ! »

C'est ainsi que cette aventure prit fin, la plus heureuse des Pilleurs était bien sûr Ithrilandia, déjà ravie d'avoir survécu par miracle à cette aventure, mais aussi heureuse d'avoir fait ses preuves au sein de la Confrérie. Ils prirent ainsi le chemin du retour, sous les chants joyeux et légers de Prymm, Welarmis et Kvellhal. A la moitié du trajet, Ithrilandia eut l'heureuse surprise de croiser Erganir qui courait dans leur direction, il était couvert de terre, de sang et complètement épuisé, le jeune écuyer avait une terrible nouvelle à leur annoncer :

« Mais amis, mes compagnons, pardonnez-moi, votre magicien est tombé !

- Qui ça ? Aegharneris ? Ben s'il enlevait son masque ridicule aussi, il pourrait regarder où mettre les pieds plutôt que d'énerver tout-le-monde !

- Mais vous vous trompez ! Il est tombé ! Mort ! MORT !!

- Quoi ?!

- C'est une blaque ?!

- Cochonou !

- Pas possible.

- Aegharneris...

- NOOOOOOOOOOON !!!

- Quel terrible perte !

- Cet enfoiré me devait de l'argent !

- C'est la vie.

- Mouais bof, autre chose ?

- Qui est responsable de cela ? Parle enfin ! Réclama Yann, effondré par la nouvelle.

- Aegharneris le magicien avait réussi à négocier avec ses geôlier, il fut libéré et nous nous rencontrâmes sur le chemin pour vous rejoindre, c'est alors qu'une bande d'orques immenses et brutaux nous ont attaqué ! Aegharneris se battit comme jamais pour me sauver, mais hélas ! Le destin avait décidé de son sort ! Une flèche orque le toucha en plein dans la gorge, il mourut sur le coup ! Quant à moi, je profitais de la panique pour m'échapper, car c'est ce que ce brave magicien aurait souhaité, je crois.

- Je pense qu'il aurait préféré continuer à respirer, mais ce crime ne restera pas impuni ! Nous allons les traquer, les trouver, les tuer !

- Ouais !

- Baston !

- On va les saigner !

- Comme des cochons !

- Pour Aeghar !

- Allons chasser de l'orque !

- On peut dormir un peu quand même avant ?

- Et boire un coup au Poney Fringuant ?

- Heu...j'irais là où Ithrilandia ira.

- Hé bien Erganir, je veux venger la mort de Aegharneris ! Je ne le connaissais pas vraiment, son masque me faisait peur, mais c'est un Pilleur et je ne veux pas qu'un membre de ma confrérie ne tombe sans que ses assassins n'en payent durement le prix !

- Ouais !

- Bien parlé novice !

- On va les avoir ces saligauds !

- Très...très bien, je vous suis. »

En réalité, Erganir n'avait pas dit exactement la vérité, Aegharneris n'échappa jamais aux hobbits, voilà ce qui lui arriva : Il était toujours pendu par les pieds quand l'écuyer l'aperçut, caché dans les buissons touffus, il reconnut là un Pilleurs de l'Ombre et pensa que, s'il le libérait, sa maîtresse Ithrilandia en tirerait une grande gloire dans sa confrérie. Il banda son arc pendant que le maître du savoir se tortillait en maudissant les semi-hommes et son honnêteté imbécile. Là, Erganir pria les Valars, les anciens rois d'Arnor et les vieux esprits du monde en tirant sa flèche, il visait le haut de la corde, pour la couper et ainsi libérer le Pilleur. Malheureusement, ni les Valars, ni les rois ni les esprits ne firent attention à son cas, et Erganir était très mauvais archer. La flèche piqua du nez et se logea dans la gorge du magicien, qui mourut pendu la tête en bas, comme un cochon. Paniqué, Erganir s'enfuit et glissa dans un fossé rempli de boue et de pierres tranchantes, épisode de son récit qu'il transforma en attaque orque. Mais était-ce là la fin pour Aegharneris le magicien ? Non ! Les Valars en décidèrent autrement ! Ils le dotèrent d'une nouvelle couleur de cheveux, d'un masque neuf et de pantoufles assortis, ils lui offrirent le pouvoir de contrôler les sangliers, les porc-épic et les hamsters ! Ils eurent même la gentillesse de le déposer dans sa chambre, avec un lit fait et une soupe chaude servie à sa table. Bien sûr, quand ses amis revinrent d'une chasse à l'orque inexistant et trouvèrent un Aegharneris vivant et de bonne humeur, Erganir fut le premier à faire une drôle de tête. Les Pilleurs organisèrent une grande fête en l'honneur d'eux-mêmes, avec quelque chansons, beaucoup d'herbe à pipe et nettement plus de boissons alcoolisée. Le lendemain, alors que toute la compagnie cuvait son vin et digérait sa viande, la porte d'entrée s'ouvrit brutalement, réveillant du même coup l'assemblée. Une voix rauque s'éleva :

« Les amis, l'heure est grave. Et l'hiver vient. »







à suivre...











Une aventure d’Oeildehibou

avec Oeildehibou





Le chasseur Oeildehibou pourchassait une jeune biche depuis une journée déjà, elle échappait sans cesse à ses flèches, il la croisa au détour d'un bosquet et décocha une de ses dernières munitions qu'elle esquiva en un bond. L'aventurier poussa un houhou de rage et s'élança à sa poursuite, en s'enfonçant dans la forêt. Il finit par arriver dans une clairière sans aucun arbre, ou l'herbe était fine et courte, étrangement silencieuse. Oeildehibou sentit venir le traquenard et grogna un houhou à l'encontre de ses éventuels agresseurs, mais rien ne se passa. Soudain le vent se leva, la rafale était violente, le brave Oeil' n'avait jamais vu ça. Une lumière émanant du ciel l'enveloppa, elle était intense et l'aveugla, il ne put retenir un houhooooooou de panique. Le chasseur se sentait transporté dans les airs, comme s'il n'était qu'une plume d'oiseau au milieu d'une tempête. La lumière l'empêchait de voir quoi que se soit mais il eut l'impression de monter très haut. Elle finit par se dissiper et Oeildehibou put prendre connaissance de la situation, il était dans une salle d'un blanc immaculé, sans aucun motif sur les murs, comme dans une prison. Le Pilleur entendait pourtant de nombreux bruits métalliques et inquiétants provenir d'un quelconque extérieur, il devait bien y avoir une sortie, mais dans l'instant, Oeildehibou se laissa aller à l'inquiétude et gémit un houhou de dépit et de désarroi. Soudain, le mur d'en face s'ouvrit partiellement, laissant entrer un drôle d'individu, vêtu d'un haut de pyjama jaune à l'étrange symbole et d'un pantalon moulant noir. Cette seule vision suffit à horrifier le pauvre Oeildehibou qui hurla hooooooouuhoooooooouu !! Mais le fou au pyjama bicolore tenta de le rassurer :

« Ne panique pas humanoïde ! Sois le bienvenu à bord de mon vaisseau, tu as devant toi le capitaine de l'USS...

- Allons Kirk ! Que signifie tout ce vacarme ?

- Vous tombez bien Mr. Spocke, regardez ce que nous avons là ! N'est-ce pas fascinant ?

Oeildehibou vit alors un elfe à la coupe de cheveux affreuse débarquer à son tour, vêtu quant à lui d'un pyjama mauve. C'en était trop pour le pauvre chasseur qui voulait rentrer chez lui, il commençait tout simplement à perdre les pédales. Soudain l'elfe dérangé fit un signe très étrange avec ses doigts, une sorte de V à l'aide de son majeur et de son annulaire, tout en collant ses doigts à leurs voisins respectifs, il clama :

- Paix et prospérité sur ton peuple mon ami !

Y voyant là une sorte d'invocation maléfique, Oeildehibou décocha sa dernière flèche qui atterrit dans le ventre de l'elfe, qui se mit à crier :

- Haaaaaaa ! Haaaaaaa le con ! Haaaaaaa le con !

L'homme au pyjama jaune, surpris, activa un mécanisme et Oeildehibou se sentit de nouveau aspiré, il avait l'impression de descendre très lentement, puis de plus en plus vite, la sensation n'était pas désagréable, son esprit était apaisé, endormi, il eut le sentiment d'avoir le vêtements humides et de flotter un peu, puis un cri de terreur le sortit de sa torpeur. Par la suite, Oeildehibou eut beaucoup de mal à expliquer à Eleakitanna comment il avait fini dans sa baignoire, alors qu'elle s'apprêtait à y entrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
cambrioleur/euse débutant/e
Messages : 157
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost : épisode III   Ven 27 Fév - 2:55

Et voici l'épisode 3, comme dit Prosper Poiredebeurré ; une chose en chasse une autre Very Happy

Personne ne s'est inquiété de la disparition de Oeildehibou dans le premier épisode, je rectifie le tir ici ! Cool

Bonne lecture les amis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Démon/Démone de l'Obscurité
Messages : 2573
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost : épisode III   Ven 27 Fév - 12:03

Oh mais je rêve xD ! Dibbo en mode monstre, Arenna la bourinne, Kve et Wela les alcoolo et Elea la rêveuse ^^ quelle bande de bras cassés... Et le clin d'oeil à Pokemon, excellent !! Continue ! :-)

_________________


"Tuer avant d'être tué"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voleur/euse confirmé/ée
Messages : 340
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost : épisode III   Mar 3 Mar - 17:52

Mouahahaha xD veux la suite moi *-* !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Duc/Duchesse de l'Ombre
Messages : 1095
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost : épisode III   Mar 3 Mar - 18:17

Je rigole trop x) il y a des vérités dans ce que tu dis, j'aime tuer Very Happy j'aime le sang Twisted Evil
La suite !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost : épisode III   Mar 3 Mar - 21:27

C'est vraiment terrible Very Happy

Je m'adore en hobbite superficielle Very Happy

J'ai hâte que tu nous racontes une nouvelle aventure avec tous pleins de super clin d'oeil cheers
Revenir en haut Aller en bas
 
Les Enfants de Fornost : épisode III
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Nabz Coussin/doudou pour les grands enfants...
» TROISIEME EPREUVE : LES ENFANTS DU NABZ
» Allons enfants de la brasseriiiiiiiiiiiiie
» recherche épisode 1 téléfilm "Les corbeaux"
» Les enfants de pokémon: Saison 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Pilleurs de l'Ombre :: 
Role - Play et artistes
 :: FANFICTIONS
-
Sauter vers: