Les Pilleurs de l'Ombre
Bienvenue sur le forum des Pilleurs de l'Ombre !

Les Pilleurs de l'ombre est une confrérie présente sur le Seigneur des anneaux Online, sur le Serveur Sirannon.

Envie de rejoindre notre confrérie ? Venez vous vous inscrire dans DEMANDE DE RECRUTEMENT.

Inscrivez vous avec votre nom de personnage principal.


Chaque être a sa destinée propre. Le seul impératif est de la suivre et de l'accepter, où qu'elle mène.

Même parmi les Ombres.

(adoptez adblock plus pour ne plus être géné par la pub )


 

Partagez | 
 

 Les Enfants de Fornost : épisode IV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
cambrioleur/euse débutant/e
Messages : 157
MessageSujet: Les Enfants de Fornost : épisode IV   Mar 17 Mar - 0:17

thrilandia rêvait qu'elle était dans sa chambre jolie et propre, à Minith Tirith, dévorant un somptueux petit déjeuner avec ses amies, discutant de pas grand chose et de rien, elle contemplait ensuite les vastes plaines du Gondor jusqu'à la la cité en ruine d'Osgiliath, soudain les ténèbres envahirent son esprit et une voix féminine, à la fois légère et puissante, retentit dans son esprit :

« Ithrilandia...Ithrilandia...retrouve-moi...Ithrilandia... »

La voix s'affaiblit et un rire cruel et méchant tonna dans sa tête, il semblait si réel que la jeune femme ouvrit les yeux brusquement. Elle n'était pas à la Cité Blanche mais dans une chambre miteuse du Poney Fringuant, remplie de poussière, de toile d'araignée et de moisissure, fidèle à l'ensemble vétuste de l'établissement. Ithrilandia passa sa main sur son visage et de la crème chantilly s'étala alors sur sa figure. Elle retira ensuite les serpents multicolores en plastiques de ses draps et esquiva les punaises posées au pied du lit, se dirigea vers la fenêtre qu'elle ouvrit. Le spectacle la désola, en-dessous de sa fenêtre des enfants lapidaient un marchand hobbit sous l'oeil moqueur des gardes tandis que les vendeurs d'armes et d'armures hurlaient depuis le petit matin leurs prix exorbitants, la ville était déjà très active. Ithrilandia frémit :

« Bree...je suis encore à Bree. »

Elle se remémora les événements de la veille, Gilserk et son parchemin, le portrait d'Horukya, la guerre dans les Hauts du Nord, les horribles chaussons d'Aegharneris et la mission de sauvetage, au cœur de l'Angmar. Non, elle ne voulait pas y aller, elle n'ouvrirait pas la porte de sa chambre, il n'y aurait plus de mission pour elle, elle ne voulait pas de mission ! Ithrilandia passa un long moment dans sa chambre à lire un de ses magazines people du Gondor, à penser à sa famille, à imaginer Faramir torse nu pour se faire du bien, à donner des coups de poing rageur dans son coussin troué. Elle finit à terre, en larme, alors qu'en bas Welarmis jouait une musique étrange*. Elle ne pouvait pas être plus mal. Yannchatila et Eleakitanna entrèrent alors, l'air grave, ils l'aidèrent à se lever en murumurant :

« Allez Ithrilandia, il est temps de partir pour cette mission. »

La capitaine les suivit effondrée, remarquant la chantilly dans leurs cheveux. En bas, Welarmis accordait son luth avec concentration tandis que Kvellhal cuvait sa bière, Prymm se peignait à l'aide d'un petit miroir, Gilserk aiguisait ses lames, Alcala se roulait par terre en se bidonnant, Deorolm lisait et Aegharneris semblait réfléchir, Dibbo comptait et recomptait le contenu de ses bourses en silence, tous avaient de la crème dans les cheveux, le regard blasé et fatigué, jetant parfois un regard gêné vers Alcala qui riait sans s'arrêter, nettoyant le sol du Poney avec sa tenue. Seuls Arenna et Riddor manquaient à l'appel. Soudain un cri de rage retentit dans tout l'auberge, suivi de pas lourds dans les escaliers. L'elfe de Vertbois surgit soudain, rageant, couverte de crème chantilly, elle fonça vers la sortie tout en attrapant Alcala par le col qui hurla de peur. Elle la jeta en l'air et lui asséna le coup de pied le plus puissant jamais vu en Eriador, la jeune hobbitte disparut aux yeux des Breegeois, devenant peu à peu un point noir dans le ciel. On apprit plus tard qu'elle atterrit dans le lac de Simplétoile et qu'elle eut beaucoup de mal à regagner l'Ered Luin, trempée et couverte de boue. La scène remua beaucoup Yannchatila qui s'assit à même le sol dans un coin sombre du Poney Fringuant, pleurant à chaude larme en gémissant des pourquoi ?. Arenna s'attabla avec les autres, piqua une bière à Kvellhal, la vida d'un trait, rota et proposa un bras de fer à Aegharneris qui accepta en ricanant. Gilserk rangea ses épées et demanda l'attention, il réexpliqua les objectifs de la mission :

« Bien, les amis l'affaire est sérieuse ! Nous allons devoir partir pour aider Horukya, il a besoin d'être raisonné je crois. Nous allons devoir traverser les Haut du Nord, qui sont en guerre ouverte contre les orques, pour pénétrer en Angmar et accéder au camp retranché de notre chef adoré.

- Attendez, c'est pas Anamaria la chef ?

- Hé bien, pour les recrues si, Anamaria est plus douce, elle les intimide moins qu'Horukya, mais quand la menace se fait sérieuse, Horukya prend le relais.

Ithrilandia frissonna en repensant à Anamaria, pouvait-il y avoir quelqu'un de plus glaçant encore dans la confrérie ?

- Mais qu'a-t-il de si spécial cet Horukya ?

L'assemblée entière la dévisagea soudain, comme si elle venait de dire une énorme ânerie :

- Tu ne connais pas Horukya ?

- C'est insensé !

- Mais dans quelle grotte tu crèches ?

- Enfin ! C'est...Horukya !

- Il a vaincu les envahisseurs d'Annuminas sans stuff optimal !

- Il s'est essuyé les pieds sur la cape de Mordirith !

- Il a soloté Dol Guldur !

- Il ne s'est pas perdu dans la Moria !

- Il a noyé le Guetteur !

- Il est apprécié à Fondcombe !

- Il a battu Bilbon aux énigmes, sans le frapper !

- Il a fait rire un Nazgul !

- Et il a fait pleurer Arenna !

- Nan ça s'est pas vrai.

- Ha.

Ithrilandia frissonna :

- Je vois, quel est le problème alors ?

- Horukya a craqué, il a rejeté toute autorité du Con-seil des Peuples Libres et a monté son propre camp avec l'aide de locaux, de mercenaires et de rôdeurs qui le considèrent comme un dieu vivant.

- Pas étonnant, il a soloté Dol Guldur !

- Il a noyé...

- Oui oui on sait ! Nous devons le sortir de là avant qu'un allumé comme Gandalf ou Radagast décide d'envoyer les aigles s'occuper de son cas !

- Ha les aigles...

- La solution à tout, ça...

- C'est d'un classique...

- D'un mauvais goût...

- D'une facilité...

- Mais vous allez la fermer oui ? Nous avons une autre mission, plus simple...

- Ben tiens !

- Toujours plus de boulot...

- Et on nous paye une misère !

- Bon, le prochain qui l'ouvre, je le coupe en deux ! Hurla Gilserk ; On nous signale de gros soucis du côté des portes de Norbury, les orques se rassemblent en masse, ils veulent raser Pont-à-Trétaux et exterminer toute vie dans les Hauts-du-Nord, nous ne pouvons pas laisser faire cela !

- Norbury ? C'est loin au nord derrière les champs de Fornost ça ! Là-haut, ça craint un max comme disent les jeunes ! S'exclama Welarmis.

- Justement, une petite équipe va s'y infiltrer et assassiner un chef orque du nom Glutz...Gruzl...Grukz...enfin, lisez vous-même. C'est apparemment lui qui dirige les opérations sur place. Sa mort serait la bienvenue.

- Mais qui va s'occuper de quoi exactement ? Demanda Prymm en fermant son catalogue des Trois Comté*.

- Ithrilandia, Prymm, Welarmis, Deorolm et Dibbo, vous vous occuperez de Norbury, ce groupe sera commandé par Yannchatila, compris ?

- Pooooooooooouuuuuuurquooooooiiiii !!?

- Parce c'est comme ça Yann, ne discute pas. Les autres, avec moi ! On va retrouver Horukya et le ramener ici, de gré ou de force.

- Et moi je fais quoi ?

La voix, grave et profonde, provenait du coin le moins éclairé de la salle, il y avait là un rôdeur qui se tenait contre une poutre, le visage caché sous sa capuche verte. Il rejoignit la table des Pilleurs et s'assit entre Aegharneris qui hurlait de douleur (il avait perdu le bras de fer) et Dibbo. Le hobbit remarqua qu'il empestait le parfum elfe bon marché et qu'il y avait une emprunte très nette de rouge à lèvre sur son armure Dunadan.

- Riddor ?

- Ben oui Riddor ! Vous êtes surpris de me voir ?

- Où étais-tu passé ?

- J'ai préféré dormir ailleurs, la dernière fois que Prosper a lavé les draps de ses lits, Gandalf n'avait pas encore de barbe. Alors Gilserk, qui dois-je tuer cette fois ?

- En fait Riddor, je veux te parler en privé, j'ai une mission spéciale pour toi.

- Vraiment ?

- Oui, c'est assez important alors ne gâche pas tout. »

Gilserk et le rôdeur sortirent de l'auberge pendant un moment, les autres en profitèrent pour revendre quelque camelotes, se saouler, se battre, insulter des serveuses et chanter des chansons obscènes. Gilserk rentra seul et dans un silence total, tout-le-monde avait retrouvé sa place bien gentiment. Le nain déballa un tas de cartes couvertes de tâches de graisse et noircies par les cendres, il y avait aussi un parchemin relatant les faits d'arme d'Horukya, Ithrilandia s'en empara discrètement. Elle découvrit un portrait du chef de la confrérie et le trouva presque aussi bien que Faramir, sa liste d'ennemis vaincus était impressionnante. Ce héros de guerre avait accompli un nombre incroyable de quêtes pour le salut des Peuples Libres, au péril de sa vie. Elle se demandait comment un être incroyable comme lui pouvait tomber aussi bas, traqué par son propre camp et sa propre confrérie, que s'était-il passé dans la tête de ce pauvre homme ?

Gilserk tentait d'expliquer sa stratégie à son groupe d'assaut mais ils étaient bien trop bourré pour comprendre la finesse de son plan, Welarmis mit fin au briefing en vomissant sur la carte et en renversant par mégarde Kvellhal, ce qui déclencha une bagarre générale. Le barde écarlate se servait de son luth comme d'une massue pour marteler le dos du nain à terre tandis que Prymm giflait Deorolm sans pitié, Dibbo brisa une bouteille de vin sur la tête de Gilserk qui se retourna brusquement et écrasa son poing dans la tête d'Eleakitanna qui se maquillait. Yannchatila frappait sa tête contre un pilier de l'auberge en sanglotant, Arenna se servait d'une serveuse hobbitte pour achever Aegharneris qui suppliait alors qu'Ithrilandia, paniquée, plongea sous la table pour éviter les coups perdus. La rixe prit fin quand Prosper Poiredebeurré mit tout ce beau monde à la porte en les priant de ne plus remettre les pieds au Poney Fringuant pour les soixante prochaines années, Arenna lui répondit avec un geste malpoli du majeur. C'est donc couverts de bleus et avec la gueule de bois que les Pilleurs de l'Ombre prirent ensemble la route des Hauts-du-Nord, seul Riddor manquait, parti seul de son côté, Ithrilandia s'inquiétait pour lui, étrangement.


Ils arrivèrent très vite à Pont-à-Trétaux car Yannchatila connaissait les raccourcis et était sobre contrairement aux autres. La ville assiégée servait de camp aux aventuriers désireux d'aider les Peuples Libres, il y avait des tentes et des barbecues partout, des bouteilles de bière et de vin traînaient partout dans les rues et les ménestrels jouaient de la musique très fort, il y en avait un sur une estrade, habillé très à la mode qui semblait s'adresser à toute l'armée d'aventurier :

« Goooooooooooooooooooooooood morning les Hauts-du-Nord ! Je dédicace cette chanson à tout nos p'tits gars partis affronter l'Ennemi du côté de Fornost, voici la numéro un du top 50 de Minas Tirith, Desolation des Pierres Brillantes ! »

Un groupe commença à jouer sur un rythme endiablé, sous les applaudissements et les cris de la centaine de guerriers qui se trouvait là. L'alcool provoqua de nombreux accidents, le groupe finit par être lapidé avec des chopes de bière et les demoiselles elfes en petite tenue qui les accompagnait furent pris à parti et enlevées par une foule d'aventuriers en délire, Ithrilandia déglutit et préféra détourner le regard. C'était donc ça la guerre ? De la bière, de la musique, des elfes en petite tenue et des barbecues ? Elle n'en croyait pas ses yeux, la jeune femme allait de désillusion en désillusion, où était la gloire ici ? L'honneur ? Elle pensa à Horukya et à son palmarès, lui aussi avait-il douté ? Avait-il abandonné sa confrérie à cause de cette oisiveté générale ? Elle ne put y réfléchir plus longtemps, Gilserk conduisit son groupe vers un camp plus en retrait, on y formait les recrues, le vieux nain informa ses amis que le capitaine Arwood et Tuppers la sentinelle y servaient comme instructeur. L'homme se tenait d'ailleurs au centre des tentes, il sonnait le cor alors qu'une recrue levait la bannière des Peuples Libres. Une dizaine de jeunes aventuriers se tenaient au garde à vous devant lui, ils recevaient ses postillons à la figure chacun leur tour alors qu'il hurlait, en prenant le temps de jauger chaque apprenti guerrier du regard :

« Alors tas de morveux ! Graines de suderon ! Engeance de Gram ! Que le Balrog m'emporte si l'un de vous survit plus d'une minute en territoire Angmarim ! Ils rigolent, ils font les malins ! Je vais vous dresser moi ! J'vais faire de vous des hommes du quatrième âge vous allez voir ça ! Vous allez courir, ramper, suer, pleurer et courir encore ! Je vais vous apprendre à tuer de l'orque compris ! Je veux voir massacrer des orques et même si vous n'êtes pas fichus de tenir debout je veux vous voir en tuer encore ! Même si c'est eux qui vous tue, vous vous relevez et vous en tuez encore ! Sinon vous aurez affaire à moi et croyez-moi bande de boggarts ! Il vaut mieux tomber sur les Neufs que sur moi ! Compris ?!

- Chef ! Oui chef !

- J'ai rien entendu !

- CHEF ! OUI CHEF !!

- Allez inspection !

- Hé c'est toi ou c'est moi Boromir ?

- Qui a dit ça !? Qui est le petit chenapan, tête de troll et fils d'Ongburz qui vient de l'ouvrir ? Ha c'est personne c'est ça ? C'est l'engagé Merry ? Tu sais que j'admire ton courage bonhomme ? Tu peux venir me saluer et sauter sur ma frangine quand tu veux hein ? Je vais me le farcir, le couper en p'tits morceaux ! Il va transpirer par les yeux et pleurer des aisselles ce malheureux ! Je vais lui apprendre la discipline moi ! Des pompes des pompes et encore des pompes ! Il va devenir le roi de l'escarmouche à force de rab' d'entraînement ce rigolo ! Ce moins que rien ! Ce traînard ! Ce lâche ! Et ça se croit capable d'affronter Mordirith ça peut-être ? Capable de quoi ? De rien du tout oui ! Et il plaisante ! Il se marre dans mon dos ! Mais je vais le saigner cet hurluberlu ! Alors ?! Il aura les bourses de se dénoncer ce petit...

- Des bourses ? Où ça ?

- DIBBO ?!!

- Bonjour Arwood.

- Hé Gilserk ! Je ne pensais jamais te revoir depuis cette mission en Enedwaith, comment tu vas ?

- Je vais bien mon ami, comme tu le vois, la confrérie a besoin d'équipement et de provision, nous avons deux missions de la plus haute importance à remplir.

- Pour la bouffe c'est dans cette tente à gauche que ça se passe, pour l'équipement va voir Tuppers. J'aimerais bien vous accompagner mais on m'a chargé de...ça. Dit Arwood en désignant les recrues. »

Le groupe se dirigea donc vers la tente de Tuppers. En réalité il s'agissait plutôt d'un entrepôt où trônaient forges, établis et bureaux d'étude, tout une troupe d'aventuriers y travaillaient avec le sourire aux lèvres, ils entamèrent même une chanson :


Hé ho ! Hé ho !
On stuff tout ces blaireaux !
On farm on farm on farm on farm !
C'est rigolo 

Ithrilandia salua un de ces ouvriers et se présenta comme la nouvelle membre des Pilleurs de l'Ombre, les artisans s'arrêtèrent pour venir la rencontrer :

« Bonjour, je suis Ithrilandia du Gondor et j'ai rejoins depuis peu les Pilleurs, vous faites un formidable travail ! Comment vous appellez-vous ?

- Moi c'est Tupp !

- Tupps !

- Tupper enchanté !

- Thupps bonjour !

- Thupp !

- Thupper !

- Thuphor !

- TUPPREK grrr !

- Holala...vous êtes tous frères ? Demanda Ithrilandia, perdue.

- Pas du tout !

- On se connaît pas vraiment.

- Ouais à part chanter et bosser on fait pas grand chose ensemble.

- Nan ma famille à moi est loin.

- Très loin !

- Ils me manquent !

- BOUHOU !!

- Hé bien...Tupp, peux-tu me dire où est Tuppers s'il-te-plaît ?

- Pas de souci, mais moi c'est Thupp, avec un h comme dans lebethron ! Il est dans la remise en train de ranger les armures, Thupper va vous y emmener.

- Je vous suis Tupper !

- Non, moi c'est Thupper, avec un h comme dans améthyste, allons-y !

Ithrilandia fut conduite dans une vaste remise où une sentinelle en armure finement décorée nettoyait amoureusement un équipement elfique au grand complet qui fit saliver d'envie la jeune capitaine. Elle expliqua à la sentinelle que la confrérie avait besoin d'armes et d'armures neuves pour affronter l'ennemi en première ligne, elle lui demanda aussi de bien vouloir lui prêter pour l'occasion cette jolie panoplie elfique. L'homme lui sourit, lui serra la main et lui répondit :

- Non.

- Comment ça non ?

- Je dis toujours oui à tout-le-monde, je fais tout ce qu'on me demande, mais cette fois c'est non.

- Pourquoi ?

- Parce que cette armure me plaît, je l'aime bien, je la garde.

- Mais vous m'avez vu ? Je vais me faire raccourcir par les orques avec un équipement pareil !

- Pas mon problème.

- Et ces armures d'Erebor ? De la Moria ? Ces lames de l'antique Gondolin ? De l'Osgiliath d'antan ? D'Annuminas ? C'est non aussi ?

- Tout cela est déjà réservé par les membres plus éminents de la confrérie, vous, la novice, je vous ai gardé ceci ! Dit Tuppers en lui tendant un amas de ferraille et de cuir pourri.

- Quoi ? Cette horreur ! On dirait une armure d'orque !

- De chef orque pour être précis. L'odeur vous camouflera derrière les lignes ennemies ! Effet garanti ! Précisa l'artisan en s'empressant de se boucher le nez avec une pince à linge.

- Je refuse de porter cela !

- Pas mon problème.

- Puis-je au moins remplacer mon arme émoussée par les combats ?

- Bien sûr ! En voilà une presque neuve !

- Mais...c'est une fourchette !

- Aux dents aiguisées et presque neuve !

- Tu vas tâter de mon poing maraud ! Sinistre voleur ! Coquin ! »

Pendant qu'Ithrilandia passait le pauvre Tuppers à tabac dans son atelier, Gilserk négociait avec un maître du savoir réticent un aller simple pour l'Angmar à dos d'aigle. Après de longues négociations et quelques pièces d'or, le groupe put s'envoler avec un compagnie de chasseur vers les Terres Sombres de Mordirith. Le vieux nain grimpa avec Eleakitanna, Kvellhal et un chasseur aux yeux fous. Ils décollèrent sans tarder pour arriver en Angmar à la nuit tombée. En plein milieu du voyage, le chasseur jura apercevoir des orques en contrebas et commença à tirer quantité de flèches. Intriguée, Eleakitanna jeta un œil et lui expliqua :

« Hélas mon ami, vos cibles ne sont que de pauvres fermiers humains, effrayés et perdus !

- Z'êtes sûr ? Z'ont une sale tête quand même.

- Mon regard ne se trompe jamais, vous devriez ranger cet arc cher archer.

- Mais j'ai envie de tirer sur des trucs moi !

- Fais ce qu'elle te dit. Grogna Gilserk.

- Hé dit donc le nain, on t'a pas sonné microbe ! 

D'une main, Gilserk poussa violemment le chasseur fou qui tomba de l'aigle et s'écrasa dans les champs abandonnés, plusieurs centaines de mètres plus bas. Des ouargues en furie s'empressèrent de dévorer son cadavre disloqué. Le vieux guerrier nain soupira, il n'était pas d'humeur à plaisanter. Il souffla dans sa barbe :

- Horukya nous attend, et l'hiver vient. »










*This is the end, my only friend !

*Les Trois Comté est un catalogue de mode hobbit, la livraison des produits disponible dans ce magazine dépend de la poste de Grand'Cave, la réception de ces colis tient donc du miracle.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
cambrioleur/euse débutant/e
Messages : 157
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost : épisode IV   Mar 17 Mar - 0:18

Et voilà l'épisode IV ! Où l'intrigue s'épaissit, chacun va accomplir sa mission !

bonne lecture et à bientôt pour la suite de ces aventures ! tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost : épisode IV   Mar 17 Mar - 1:49

Put*** Riri je te kiffe !!!

C'est vraiment trop bon !!! Très beau clin d'œil à Tupp, j'ai adoré et surtout bien rit Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Démon/Démone de l'Obscurité
Messages : 2573
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost : épisode IV   Mar 17 Mar - 11:57

Mais quelle bande de bras cassés xD !

Le moment de la compagnie Tuppers m'a fait hilarer ^^

_________________


"Tuer avant d'être tué"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Explorateur/trice de la Terre du Milieu
Messages : 399
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost : épisode IV   Mar 17 Mar - 19:04

J'avoue avoir ri en lisant, quelle imagination et merci pour la famille Tupp Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maraudeur
Messages : 647
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost : épisode IV   Mer 18 Mar - 18:52

bravo c'est super!
j'ai bien aimé le passage ou yann se cogne la tete contre le mur et juste apres tu dit qu'il est sobre mdr.

Ca fait du bien de voir un nain qui prend une part assez importante dans l'histoire ^^

encore bravo !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
cambrioleur/euse débutant/e
Messages : 157
MessageSujet: Re: Les Enfants de Fornost : épisode IV   Mer 18 Mar - 20:13

Il se cogne la tête parce qu'il est désespéré en fait, pas parce qu'il est bourré Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les Enfants de Fornost : épisode IV
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Nabz Coussin/doudou pour les grands enfants...
» TROISIEME EPREUVE : LES ENFANTS DU NABZ
» Allons enfants de la brasseriiiiiiiiiiiiie
» recherche épisode 1 téléfilm "Les corbeaux"
» Les enfants de pokémon: Saison 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Pilleurs de l'Ombre :: 
Role - Play et artistes
 :: FANFICTIONS
-
Sauter vers: